Cannabis - Comprendre l'addiction au cannabis

 

Le produit :

Le cannabis appartient à la famille des cannabinacés, il existe deux types de cannabis : le cannabis sativa et le cannabis indica. Il est cultivé essentiellement en Afrique, en Asie et en Amérique du sud.

On le retrouve sous trois formes :

  • L’herbe ou marijuana, qui se présente sous la forme de fleurs ou de feuilles. La teneur en THC de l’herbe est la plus faible parmi les différentes forme de cannabis. Elle peut être fumée seule ou mélangée avec du tabac mais aussi dans de la nourriture
  • La résine de cannabis, qui se présente sous une forme solide est souvent coupée avec diverse produits. Sa concentration en THC est variable selon les sortes de résines. Avant d’être fumée, la résine est chauffée, effritée et mélangée avec du tabac.
  • L’huile , qui est l’extrait liquide du cannabis pouvant contenir jusqu’à 70% de THC.

Les effets

Les effets psychoactifs du cannabis sont nombreux, on constate notamment une sensation d’euphorie et de détente lorsque l’on fume, cette euphorie peut s’accompagner de fous rires mais aussi à contrario de malaises ou de crises d’anxiété. Il y aussi un effet de facilitation intellectuelle qui est en réalité subjectif puisque le cannabis a un impact négatif sur les capacités intellectuelles. La mémoire et la concentration sont aussi perturbées, le notion de temps et d’espace peuvent être perçue différemment lorsque l’on prend du cannabis (temps raccourci ou allongé).

Effets négatifs : Décrochage scolaire, baisse de motivation, crises de panique, paranoïa, trouble de la conscience. On estime que consomme 2.5 à 5 joints par jour équivaut à un paquet de cigarette pour ce qui est de la toxicité pulmonaire

Installation de l’addiction

Usage nocif ou abus de cannabis

Les manifestations de l’abus de cannabis sont :

  • Les consommations qui interfèrent avec les obligations scolaires ou professionnelles (baisse des résultats scolaires, absentéisme, démotivation…)
  • Éventuelles conduites d’automutilation (scarifications…)
  • Changement de l’entourage amical avec un possible désinvestissement des amitiés de longue date, opposition à l’autorité parentale. Chez les adultes : situations conflictuelles avec le conjoint.

Dépendance au cannabis :

L’une des caractéristiques principales de la dépendance est la résistance de plus en plus forte aux effets du cannabis. Les doses doivent donc augmenter pour ressentir les mêmes effets qu’auparavant. Le dépendant va se déporter sur des produits plus concentrés en THC (huile, wax) ou doser plus fortement ses joints avec des variétés plus fortes. Le consommateur dépendant utilise le produit de façon compulsive. On peut aussi déceler une dépendance du fait des symptômes apparaissant dans les moments de sevrage comme l’agressivité, l’impatience, l’insomnie ou encore une humeur dépressive, des douleurs abdominales, des tremblements ou sueurs..

Mécanismes :

Le THC constitue le principal cannabinoïde psychoactif. La concentration du cannabis dépend de la variété et de la forme du produit (résine, herbe ou huile). Après inhalation, 15 à 50% du THC présent dans la fumée rejoignent la circulation générale. Les concentrations sans le sang du cannabis sont maximales 7 à 10 minutes après l’ingestion. Très lipophile (retenant les substances grasses), le THC se distribue très rapidement dans les tissus riches en lipides comme le cerveau, cela explique la baisse rapide des concentrations sanguines. L’élimination du THC est ralentie par cette forme lipophile, par le cycle entéro-hépatique et la réabsorption rénale.

Facteurs de risques :

Facteurs psychologiques : Les sujets ayant un tempérament impulsif ou dépressif peuvent avoir des prédispositions à consommer du cannabis. Il en est de même pour les sujets avec une forte recherche de sensations, plus à même de mener à une recherche d’ivresse. Les troubles de personnalité caractérisés augmentent aussi le risque de dépendance.

Facteurs sociaux : Les pairs jouent un rôle très important dans l’initiation au cannabis. L’isolement et le manque de soutien peuvent aussi être un facteur aggravant le risque de dépendance. Des éléments du fonctionnement familial peuvent également participer aux risques de consommation.  Le désinvestissement scolaire est aussi un facteur aggravant de dépendance puisqu’il augmente souvent les contacts avec la drogue.

Facteurs jouant un rôle protecteur : Une bonne estime de soi, une bonne sociabilité, un soutien familial solide, un bon niveau intellectuel sont des facteurs de protection vis à vis de la surconsommation de cannabis.

Si vous souhaitez avoir accès à des connaissances plus scientifiques sur le sujet, cliquez sur En savoir plus 

Aller plus loin sur l’espace Cannabis

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir