"C'est très attirant, les couleurs et tout..." : la "puff", cette cigarette électronique qui vise les plus jeunes

La "puff" attire de nombreux mineurs, au risque de les faire tomber dans l'addiction à la nicotine alors même qu'ils sont censés ne pas avoir accés à cette cigarette électronique, aux couleurs arc-en-ciel et aux goûts très divers.

Tabac
Addiction Tabac - "C'est très attirant, les couleurs et tout..." : la "puff", cette cigarette électronique qui vise les plus jeunes

Goût barbe à papa, pastèque glacée, myrtille givrée ou encore fraise… On ne parle pas de chewing-gums, mais bien de cigarettes électroniques multicolores, appelées « puff », qui attirent de plus en plus de jeunes, au risque de développer des addictions dès leur plus jeune âge. « C’est très attirant, les couleurs et tout, c’est un produit qui est jetable, c’est accessible« , confie un adolescent de 17 ans, rencontré à une terrasse parisienne. Le marché est en plein boum, et sera abordé au congrès annuel de la confédération des buralistes, qui se tient ce vendredi 21 octobre.

Le sujet est sensible car le produit est très attractif chez les jeunes alors qu’il reste interdit pour les moins de 18 ans. « Il y a beaucoup de bureaux de tabac qui vendent aux mineurs, constate un adolescent. J’ai 17 ans, moi, j’en prenais principalement pour arrêter de fumer. Mais beaucoup de gens en prennent non pas pour arrêter mais pour commencer. Il faut faire attention à la nicotine, il y a une addiction qui peut se développer très très tôt » Un peu plus loin, une fille, non fumeuse, tout juste 14 ans, a connu la puff sur les réseaux sociaux : « En fait, c’était sur Tik Tok, et on a vu une vidéo, cela m’a beaucoup influencé. »

Un marché en pleine essor

En quelques recherches sur l’application, des publications s’affichent. « Ça sent super bon, c’est super bon« , répète un jeune homme dans une vidéo, qui cumule plus de 200 000 vues. Le phénomène inquiète les tabacologues qui y voient un marketing axé essentiellement vers un public mineur, en proie à devenir rapidement dépendant.  »

Voir la suite de l’article sur le site de franceinfo

À lire aussi