» retour

DROGUES / Vendue comme une drogue « fun », la MDMA gagne du terrain et tue parfois

Composée de la même molécule que l’ecstasy, la MDMA est un type d’amphétamine, présentée en caillou que l’on écrase en poudre, laquelle est ensuite emballée en dans un petit sac fabriqué avec feuille à rouler qui se gobe (un « parachute »), ou diluée dans un liquide, ou, plus rarement, sniffée. La MDMA provoque une désinhibition, un sentiment de bien-être, d’énergie retrouvée et d’euphorie. Les consommateurs l’appellent même la drogue de l’amour.

La cocaïne et la MDMA ont gagné du terrain

Après le pic des années 1990, le nombre de décès par overdose a beaucoup diminué en France, notamment grâce aux traitements de substitution à l’héroïne. D’autres drogues ont parallèlement gagné du terrain comme la cocaïne… et la MDMA. Ce week-end, ont ainsi été saisis quelque 157 kilos de cette drogue dans un camion néerlandais à Calais. Un record.

Et si les drogues ont changé, le consommateur, lui aussi, a pris un nouveau visage. Loin de l’image du marginal dans un squat, le consommateur de cocaïne ou de MDMA est inséré, et on le retrouvera dans tous les milieux, à tous les âges. De 15 à plus de 50 ans. Le produit, lui, est particulièrement disponible et s’en procurer est très facile. Ainsi, Jules, 25 ans, directeur artistique, passe ses commandes de MDMA par SMS. Il alterne entre trois dealers qui, dans un marché devenu très concurrentiel à Paris, cajolent leurs clients.

« C’est comme Deliveroo : il suffit de demander et puis c’est parti ! »

« C’est comme Deliveroo, explique Jules. Il suffit de demander et puis c’est parti ! Après, une fois que vous êtes dans le fichier « clients », ce sont eux qui te relancent avec même parfois des offres promotionnelles : ‘deux grammes achetés, une bouteille de vodka offerte’ ou ‘un gramme acheté, un ecstasy offert’, des prix dégressifs aussi. C’est une entreprise, c’est du marketing comme pour une entreprise. Le gramme oscille entre 50 et 70 euros. Cela fait à peu près une dizaine de doses. C’est moins cher que l’alcool, avec un effet plus long et plus intense. »

Ces prix très bas ont contribué à démocratiser ces drogues. 5,5% des Français ont testé une fois au moins la cocaïne et 4,5% la MDMA, selon les derniers chiffres de l’Observatoire des Drogues et toxicomanies.

En savoir plus en vous rendant sur le site de France Info avec le bouton « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Cinq fois plus de problèmes buccodentaires dans les addictions aux substances, selon une méta-analyse parue dans la revue Addiction

Vérifiez-vous l’état buccodentaire de vos patients atteints d’addictions aux substances ? Et bien vous devriez, si l’on en croit cette importante méta-analyse réalisée par des équipes universitaires d’odontologie australiennes avec les données de plus de 4000 patients et plus de 20 000 contrôles. L’étude s’est intéressée aux substances autres que l’alcool et le tabac (substances déjà très connues pour être associées à un surrisque odontologique).


Le 20 Mar 17