Euro 2021 et paris sportifs : restons « maître du jeu »

Un article de Bernard Basset, vice-président d’Addict’Aide et président d’Addictions France

Jeux de hasard et d'argent
Addiction Jeux de hasard et d'argent - Euro 2021 et paris sportifs : restons « maître du jeu »

Le 11 juin prochain marquera le départ de l’Euro 2021 de Football. Nombreux seront ceux qui vont suivre les matchs, certains d’entre vous seront peut-être tentés de parier sur certains matchs ? Les sites de paris sportifs n’ont jamais été aussi disponibles ou faciles d’accès qu’aujourd’hui. Cependant, leur activité est encadrée et afin de prévenir les risques du jeu excessif, ou l’addiction aux jeux, il est important que les joueurs eux-mêmes gardent la maitrise de cette activité, malgré la passion qui entoure les grandes compétitions sportives.

Paris sportifs et jeux de hasard

Les paris sportifs rentrent dans la définition des jeux de hasard, c’est-à-dire des jeux d’argent où l’élément principal, même accessoire est le hasard pour le déroulement du jeu, la détermination du vainqueur ou la fixation du gain.

Le pari en tant que tel est défini comme un jeu de hasard dans lequel chaque joueur mise un montant qui va produire un gain ou une perte qui ne dépend pas de l’action du joueur mais de la survenue d’un fait aléatoire (le sort, le hasard) qui se manifeste sans l’intervention des joueurs.

Les paris sportifs

On distingue les jeux de loterie (tirage, grattage) des paris hippiques ou sportifs pour lesquels on parie sur un résultat (cheval gagnant, résultat d’un match…). Si les jeux de loterie dépendent totalement du hasard, le parieur sportif exerce la plupart du temps ses facultés d’analyse, sa connaissance du sport, afin de miser sur un résultat. Il a donc l’impression qu’il peut ainsi réduire la part de hasard, qui reste cependant largement prépondérant sur le plan statistique.

Les paris sportifs sont autorisés sous la forme de pari mutuel et de pari à cote fixe. Sur le support en ligne, ils peuvent être pris en direct (ou live betting) c’est-à-dire sur une compétition en cours.

La proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs pour les paris sportifs en ligne est plafonnée à 85%, et à 76,5% pour les paris sportifs en points de vente (décret n°2019-2061).

Les paris sportifs sont proposés en ligne par 15 opérateurs agréés et en points de vente par la Française des Jeux (FDJ).

Contrôle et régulation du marché

En France, lors de l’ouverture à la concurrence des jeux en ligne en 2010, la loi avait créé une autorité de régulation compétente pour les jeux en ligne (ARJEL).

Dans les années qui ont suivi, la nécessité de mettre en place une autorité unique en charge de l’ensemble des opérateurs de jeux, en ligne et en réseau physique, s’est progressivement imposée. Une nouvelle instance de régulation, l’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) a succédé à l’ARJEL avec un territoire de régulation considérablement élargi et des pouvoirs renforcés.

Les missions de l’ANJ s’articulent autour de quatre objectifs :

  • prévenir le jeu excessif et assurer la protection des mineurs,
  • assurer l’intégrité des opérations de jeu,
  • veiller à l’équilibre entre les différentes filières de jeu,
  • et prévenir les activités frauduleuses (offre illégale, blanchiment, manipulations sportives liées aux paris).

Concrètement, la protection des joueurs par l’ANJ s’exerce sur plusieurs axes :

  • respect de l’interdiction de jouer avant 18 ans
  • services d’un médiateur en cas de litige entre le joueur et l’opérateur du jeu
  • prévention des addictions aux jeux

L’ANJ dispose de pouvoirs pour exercer ses missions, comme par exemple la capacité d’exiger le retrait d’une communication commerciale comportant une incitation excessive au jeu ou la capacité de mener des contrôles sur place.

Rester « maitre du jeu »

Garder la maitrise de cette activité, ne pas se laisser entrainer dans des paris qui peuvent grever vos finances et envahir votre vie, telle doit être la règle de conduite du joueur. C’est pourquoi plusieurs conseils peuvent être utiles :

  • Consulter régulièrement l’espace « Jeux d’argent et de hasard » sur Addict’Aide : https://www.addictaide.fr/jeux-dargent/. On peut y évaluer ses pratiques de jeu, obtenir des conseils personnalisés grâce au forum animé par des patients experts : c’est gratuit, anonyme et rapide. Et il s’adresse également à l’entourage qui peut trouver de l’aide pour accompagner un proche.
  • Remplir les modérateurs de jeux proposés sur les sites en ligne : quatre types d’autolimitations sont à votre disposition : limite de dépôt, limite de mises, seuil de reversement automatique et limite de temps (pour le poker).
  • Garder le contrôle du jeu en ayant toujours à l’esprit qu’on joue pour le plaisir plus que pour l’argent et qu’on ne cherche pas à gagner sa vie avec le jeu. Il faut accepter de perdre, faire des pauses régulières en s’arrêtant avant la « partie de trop » et surtout, garder d’autres loisirs que le jeu, par exemple le plaisir simple mais toujours récompensé de regarder le déroulement d’un match de foot, plutôt que de se focaliser sur le résultat.
  • Rester fidèle à votre propre règle de conduite, et insensible aux nombreuses sollicitations des opérateurs de jeux qui feront des offres à cette occasion.
  • S’informer sur les risques du jeu excessif : https://www.joueurs-info-service.fr/ ou https://www.ofdt.fr/produits-et-addictions/de-z/jeux-de-hasard-et-d-argent/.
  • Prendre du recul si nécessaire avec les dispositifs d’auto-exclusion : chaque opérateur propose aux joueurs la possibilité de demander son exclusion de jeu pour une durée à sa convenance (de 24 heures à 12 mois).

Profiter pleinement des compétitions, des prouesses des équipes et des joueurs qui auront lieu à partir du 11 juin pour l’Euro 2021 qui doit rester l’objectif premier pour chacun des amateurs de foot. Certains souhaiteront aussi effectuer quelques paris à cette occasion, pourquoi pas ? Mais, cette activité doit aussi rester ludique, source d’un plaisir complémentaire et non de soucis dans lesquels pourraient entrainer des paris sans maitrise.

 

À lire aussi