Exposition au méthylphénidate et à l’amphétamine pendant la grossesse et risque de malformation cardiaque du fœtus: une étude de double cohorte sur plus de 4 millions de grossesses publiée dans JAMA Psychiatry.

Autres drogues / 16 février 2018

Autres drogues
Addiction Autres drogues - Exposition au méthylphénidate et à l’amphétamine pendant la grossesse et risque de malformation cardiaque du fœtus: une étude de double cohorte sur plus de 4 millions de grossesses publiée dans JAMA Psychiatry.

L’utilisation de psychostimulants, que ce soit comme médicaments ou en usage récréatif, a tendance à rapidement s’accroitre dans les pays occidentaux, et notamment chez les femmes en âge de procréer. L’étude parue ici dans le JAMA Psychiatry est importante pour comprendre l’impact des amphétamines sur le fœtus, sachant que certaines de ces molécules entrainent déjà des dommages cardiaques chez l’adulte.

 

Sur la base des données 2000-2013 de la base de remboursement de Medicaid (équivalent américain de la CMU), et des bases de données de santé des pays nordiques, les auteurs ont ainsi eu accès à une double cohorte avec un total de plus de 4 millions de grossesses. Les risques de malformations liés au méthylphénidate d’une part, et à l’amphétamine d’autre part (utilisée comme médicament), ont été ajustés par certaines variables sociodémographiques et par les troubles psychiatriques sous-jacents.

 

Sur la base des données américaines et nord-européennes poolées, les auteurs retrouvent un sur-risque de malformations cardiaques du fœtus exposé au méthylphénidate de RR=1,28 (IC95% : 1,00 – 1,64), soit un risque augmenté d’environ 30%, mais avec un intervalle de confiance étrangement large pour une population de cette taille, même si de nombreuses variables confondantes ont été prises en compte. Aucun sur-risque n’a été retrouvé avec l’utilisation d’amphétamine. Une des limites majeures de ce genre d’étude sur base de sécurité sociale est l’absence de données très fiables sur le niveau d’usage de substances (c’est notamment une des limites majeures qui a été portée à l’étude CNAMTS sur le baclofène que l’ANSM avait rendu public l’été dernier).

 

Selon les résultats de cette étude du JAMA Psychiatry, il pourrait être préférable de substituer le méthylphénidate par des sels d’amphétamine ou même par de l’atomoxétine en cas de grossesse survenant chez une femme traiter par méthylphénidate. Mais ces sels ne sont pas disponibles partout, et l’atomoxétine par exemple, n’a pas été autorisée en France. La question d’un arrêt temporaire du méthylphénidate peut également être considéré pendant la grossesse, mais il s’agit là d’une évaluation personnalisée du rapport bénéfice-risque qui est complexe et sûrement basée sur une concertation multidisciplinaire et un avis éclairé du patient.

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir