La e-cigarette, plus cancerigène que le tabac ? (revue de presse sur le sujet)

Tabac / 31 janvier 2018

Tabac
Addiction Tabac - La e-cigarette, plus cancerigène que le tabac ? (revue de presse sur le sujet)

Récemment, une étude est parue affirmant que la cigarette électronique pourrait avoir des effets cancérigènes plus forts qu’une cigarette. Cette étude a provoqué beaucoup de discussions parmi les pro et anti-vape. Cette étude est-elle réellement sérieuse ? Y’a t-il d’éventuels conflits d’intérêt derrière elle ? Addict’Aide vous propose une petite revue de presse pour faire le point sur le sujet. 

Cigarette électronique cancérigène : “du buzz qui peut tuer” (un article de Paris-Match faisant l’état des lieux de l’étude et de ses contradictions)

 

La cigarette électronique, capable d’influer sur l’ADN? De là à comprendre que la cigarette électronique est plus dangereuse que le tabac, il n’y a qu’un pas. “On n’est pas dans la vérité scientifique, mais dans la manipulation. D’abord, les conditions dans lesquelles l’expérimentation est réalisée ne sont absolument pas représentatives de l’exposition humaine. Elle montre des anomalies cellulaires en exposant des souris à des quantités de nicotine considérables, beaucoup plus qu’on peut le faire avec une cigarette électronique habituelle. Ensuite, on fait des extrapolations de la souris à l’homme, et enfin on ne compare pas l’effet du vapotage à celui de la fumée du tabac”, réagit le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue et prescripteur de cigarettes électroniques à ses patients. Habitué à constater sur eux les bienfaits de cette alternative au tabac, il explique : “Aujourd’hui, on sait que la nicotine est toxique, irritante pour les voies respiratoires, et addictive. Raison pour laquelle il n’y en a pas plus de 2% dans les e-liquides. Aux quantités consommées par un vapoteur, il existe une légère toxicité, mais infiniment moindre que celle du tabac fumé. ”

 

 

 

Cigarette électronique et fake news : mieux vaut parfois lire Paris Match que les PNAS (un article de Jean-Yves Neau, journaliste et docteur en médecine)

Dans cet article Jean-Yves Neau dresse une analyse de professionnel sur les tenants et les aboutissants de l’étude et semble rejoindre le point de vue de Paris Match à savoir que cette étude ne doit pas être prise au pied de la lettre. Voici un extrait récapatulatif de son point de vue : “Fake news ? « Globalement, nous sommes inondés de fausses nouvelles de ce genre, dit-il. Les journaux scientifiques veulent aussi faire du buzz. Ils jouent au Sun anglais en rédigeant des communiqués de presse qui contredisent parfois les études elles-mêmes. C’est un moyen d’avoir toutes les couvertures et d’augmenter leurs revenus. Le résultat est que certains vont arrêter de vapoter et reprendre le tabac. Une nouvelle comme celle-là est susceptible de tuer des gens. Cela va totalement à l’encontre de la santé publique. Le travail des chercheurs, c’est de sauver des vies, pas de tuer des gens. »

 

 

 

 


Commentaires de scientifiques face au buzz de cette étude 

“Les cellules humaines ont été submergées dans de la nicotine et dans des nitrosamines carcinogènes achetées sur le marché. Il n’est pas surprenant bien sûr que cela endommage les cellules, mais cela n’a aucun rapport avec les effets du vapotage sur les personnes qui l’utilisent.

“Dans l’autre partie de cette étude, les animaux ont été exposés à ce qui sont pour eux des doses extrêmement importantes de nicotine et cela a également généré des dommages, mais cela aussi a une pertinence peu claire pour les effets du vapotage.

 

 

 

 

Aller plus loin sur l’espace Tabac

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir