Cocaïne : des troubles du comportement d’autant plus marqués que l’exposition est importante

Autres drogues
Addiction Autres drogues - Cocaïne : des troubles du comportement d’autant plus marqués que l’exposition est importante

Les addictologues de l’Hôpital Fernand Widal (APHP, Paris) et de l’unité de recherche Inserm UMRS1144 (Optimisation Thérapeutique en Neuropsychopharmacologie) ont observé ce phénomène dans une étude basée sur des questionnaires recueillis chez 382 usagers français de cocaïne recrutés dans des centres de soins.

Ces patients étaient interrogés à l’aide de questionnaires évaluant l’impulsivité, l’inattention et les difficultés à planifier des actions complexes, portant sur la période de leur enfance et la période actuelle.

Un tiers (34.6%) des patients qui ne décrivaient pas de troubles du comportement significatif durant l’enfance en décrivaient sur la période actuelle, ce qui constitue un argument pour des troubles du comportements acquis.

De plus, quand les patients étaient divisés en 4 catégories en fonction de leur niveau d’exposition à la cocaïne sur l’ensemble de leur vie (1. Uniquement diagnostic de dépendance aux opioïdes vie entière ; 2. Usage mais pas de diagnostic de dépendance aux opioïdes ni à la cocaïne ; 3. Co-dépendance cocaïne et opioïdes vie entière ; 4 Uniquement dépendance à la cocaïne vie entière), on observait un effet de gradient significatif. Les patients appartenant aux catégories les plus exposées à la cocaïne (4>3>2>1) avaient des proportions de troubles du comportement plus élevées (test de tendance de Mantel-Haenszel ; p < 0.001) ainsi que des scores aux échelles de troubles du comportement également plus élevés (test de tendance de Jonckheere-Terpstra ; p < 0.001).

Cette étude matérialise les troubles du comportement induits par la cocaïne tels qu’ils sont décrits par les patients et montre que des échelles déjà existantes peuvent servir à les mesurer. Elle incite à développer des interventions (médicaments sous psychothérapie) qui viseront spécifiquement la réduction de ces troubles du comportement.

Par Florence Vorspan

 

Références :

Vorspan F, de Witt P, Zerdazi EH, Karsinti E, Ksouda K, Icick R, Bellivier F, Marie N, Brousse G, Bloch V. Chronic exposure to cocaine is associated with persistent behavioral disturbances. A cross-sectional dimensional study in outpatients with multiple substance use disorders. Psychopharmacology (Berl). 2020 Nov;237(11):3399-3407. doi: 10.1007/s00213-020-05620-x.

 

Remerciements :

Cette étude a été rendue possible par un financement de l’APHP en 2007 (OST07013) et du Ministère de la Santé (Programme Hospitalier de Recherche Clinique PHRC 2010, AOM10165). Les centres recruteurs étaient situés dans plusieurs villes : Paris (APHP Fernand Widal : Dr Florence Vorspan ; APHP Cochin Dr Béatrice Badin de Montjoye ; APHP HEGP Dr Cyrille Orizet – Dr Béatriz Belforte ;  Gaïa-Paris Dr E. Avril ;  Aurore-Association EGO Dr P. Coeuru; GHU Paris Neurosciences Site Ste Anne Dr X. Laqueille ; Groupe SOS CSAPA 110-Les Halles  Dr P. Polomeni); Clichy : APHP Beaujon, Dr Philippe Batel, Dr Arnaud Plat ; Dr Delphine Moisan; Colombes : APHP Louis Mourier Dr A.-M. Simonpoli ; Bagneux : Clinique Liberté, Hôpital Paul Guiraud, Villejuif, Dr Didier Touzeau, Dr Alice Deschenau ; Lille (CHU Lille, Pr Olivier Cottencin) ;  St Etienne : CHU St Etinne Dr Aurélia Gay ; Lyon : Hôpital de La Croix Rousse, Dr Philippe Lack ; Limeil-Brevannes : APHP Emile Roux Dr Jean-Baptiste Trabut.

En savoir plus

À lire aussi