Pas d’effet d’une prise en charge motivationnelle prolongée sur les comportements de binge drinking et l’usage de cannabis chez des 18-25 ans: un essai clinique publié dans Addiction.

Alcool / 12 septembre 2017

Alcool
Addiction Alcool - Pas d’effet d’une prise en charge motivationnelle prolongée sur les comportements de binge drinking et l’usage de cannabis chez des 18-25 ans: un essai clinique publié dans Addiction.

 

 

 

 

 

 

 

Sale temps pour les approches motivationnelles. Depuis quelques années, les essais cliniques négatifs s’accumulent, et en voici un nouvel exemple. Ici, il s’agissait d’un programme d’entretiens motivationnels brefs mais répétés, portant sur des sujets âgés de 18 à 25 ans qui présentaient des comportements de binge drinking ou un usage de cannabis (hors trouble d’usage), et n’étaient pas à la base en demande de prise en charge. Le bras contrôle consistait en une intervention d’éducation à la santé, sans a priori motivationnel. Les deux prises en charge amenèrent à une réduction combinée des comportements de binge drinking et de la quantité de cannabis consommée, mais sans supériorité particulière des entretiens motivationnels.

Les interventions brèves avaient suscité l’intérêt après la publication d’essais cliniques menés en médecine générale, qui montraient une réduction d’usage d’alcool chez des sujets en usage à risque ou aux premiers stades de trouble d’usage d’alcool. Les études avaient par la suite évalué l’effet des interventions brèves et d’entretiens motivationnels répétés à l’hôpital, notamment aux urgences et post-urgence, ou bien en liaison addictologique. Les résultats furent alors décevants. C’est le cas ici aussi sur le binge drinking (souvent une forme d’usage à risque), et le mésusage de cannabis (hors trouble d’usage). Il s’agissait toutefois de sujets sans demande de soins ou d’intervention.

Peut-être qu’il faut se questionner sur l’importance du demandeur et du délivreur dans ces approches. Le médecin généraliste a une place symbolique particulière pour les patients. Son discours et le lien qu’il a avec ses patients ont peut-être un effet particulier lors d’approches motivationnelles structurées, alors que lorsque ces programmes sont délivrés par des inconnus, ils sont moins opérants. En tous les cas, il semble que ce type d’interventions ne soit pas forcément la panacée thérapeutique parfois annoncée.

Benjamin Rolland 

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir