« Posons nos smartphones » : le défi d’une heure d’écran en moins par jour

C’est le nouveau Défi brestois ! Du 21 au 27 novembre 2022, le Dr Yannick Guillodo, entouré des sportifs Valentin Madouas, Faustine Merret et Brendan Chardonnet, lance l’opération, soutenue par Le Télégramme, « Posons nos smartphones ». En croisade contre la sédentarité, il sonne l’alerte face aux excès d’écran de loisir.

Ecrans
Addiction Ecrans - « Posons nos smartphones » : le défi d’une heure d’écran en moins par jour

Dr Guillodo, d‘où vous est venue l’idée de l’opération « Posons nos smartphones » que vous portez avec l’Université citoyenne de prévention en santé de Bretagne occidentale (UCPSBO) ?

Elle est venue d’un essoufflement, après dix ans d’efforts pour alerter sur un problème de santé publique majeur : l’inactivité physique et la sédentarité. On est face à un tsunami sociétal. La sédentarité est aujourd’hui la quatrième cause de mortalité ; elle tue plus que le tabac ! Quand on consomme de l’alcool et du tabac, on a conscience des risques pour sa santé. C’est beaucoup moins évident avec la sédentarité… Après toutes ces années, j’ai donc décidé de m’attaquer à la racine du mal : l’écran de loisirs.

Vous préconisez un retour à la bougie ?

Non, je ne refuse pas la technologie, ni le numérique. Le smartphone est un outil formidable, très utile dans mon activité de médecin. Mais on est face à une problématique insidieuse et je pointe la question de l’abus. Dans nos sociétés, tout est fait pour nous transformer en animal paresseux : on peut recourir au « drive » pour ses courses, on peut se faire livrer ses repas, on ne prend plus le temps de cuisiner, on se rabat sur des produits ultratransformés, synonymes de malbouffe… À côté de cela, le soir, on reste volontiers veiller sur ses écrans, on rogne sur son temps de sommeil avec des appareils émetteurs de lumière bleue qui sont antimélatonines, ce qui est la meilleure façon de mal dormir… Bref, les trois piliers de la santé sont menacés : l’activité physique, l’alimentation et le sommeil. Avec un dénominateur commun : le numérique et l’écran de loisirs qui occupe désormais 60 % de notre temps libre.

Combien d‘heures passe-t-on quotidiennement sur ces écrans de loisirs (smartphones, tablettes, ordinateurs…) ?

Les données anciennes de Santé publique France montraient qu‘en 2006, on était, en moyenne, à trois heures quotidiennes passées devant des écrans de loisirs ; en 2015, on était déjà passé à cinq heures.

Voir la suite de l’article sur le site du Télégramme

À lire aussi