» retour

Opioïdes forts, opioïdes faibles, où en sommes-nous en 2017 ?

Depuis la création des 3 paliers de l’OMS en 1986, destinés à améliorer la prise en charge de la douleur cancéreuse, un distinguo a été imposé entre 2 catégories d’opioïdes, les faibles (palier 2) et les forts (palier 3). Depuis plus de 30 ans, on apprend aux étudiants des facultés de médecine et de pharmacie, que la prescription des opioïdes devait répondre à un algorithme laissant penser que les médicaments à base de codéine ou de tramadol d’une part (palier 2) et de morphine, d’oxycodone ou de fentanyl d’autre part (palier 3, pour ne citer que les principaux) devaient être prescrits dans un ordre précis.

En effet, en cas d’échec avec les traitements dits de palier 1 (aspirine, paracétamol, AINS…), la prescription doit s’orienter d’abord vers les paliers 2 puis, seulement, en cas d’échec de ceux-ci, vers les paliers 3. Cependant l’intensité de la douleur peut également conditionner le choix : en cas de douleur sévère en effet, le recours à un traitement opioïde fort d’emblée peut s’imposer tandis que l’opioïde de palier 2 sera choisi pour des douleurs modérées.

Consulter le document complet au format pdf en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

DROGUES / L’expérience des jeunes adultes ayant vécu avec un parent dépendant aux substances psychoactives- Rapport de recherche Université de Laval

La présente étude s’intéresse aux jeunes adultes ayant vécu avec un parent dépendant aux substances psychoactives (SPA). Elle examine plus particulièrement les difficultés rencontrées par ces enfants, les stratégies d’adaptation qu’ils ont mises en place ainsi que leur appréciation de l’efficacité de ces dernières.


Le 13 Mar 17
Article scientifique

Comment prédire le risque de schizophrénie ou de trouble bipolaire après un trouble psychotique induit par une substance ?

La consommation de substance psychoactives expose à un risque accru de plusieurs troubles psychiatriques, et notamment au risque de trouble psychotique aigu induit par un usage de substances (autrefois appelée « bouffée délirante aigue », ce trouble associée des symptômes de type délire, agitation et désorganisation de début brutal et nécessitant le plus souvent une hospitalisation).


Le 05 Déc 17