» retour

Opioïdes forts, opioïdes faibles, où en sommes-nous en 2017 ?

Depuis la création des 3 paliers de l’OMS en 1986, destinés à améliorer la prise en charge de la douleur cancéreuse, un distinguo a été imposé entre 2 catégories d’opioïdes, les faibles (palier 2) et les forts (palier 3). Depuis plus de 30 ans, on apprend aux étudiants des facultés de médecine et de pharmacie, que la prescription des opioïdes devait répondre à un algorithme laissant penser que les médicaments à base de codéine ou de tramadol d’une part (palier 2) et de morphine, d’oxycodone ou de fentanyl d’autre part (palier 3, pour ne citer que les principaux) devaient être prescrits dans un ordre précis.

En effet, en cas d’échec avec les traitements dits de palier 1 (aspirine, paracétamol, AINS…), la prescription doit s’orienter d’abord vers les paliers 2 puis, seulement, en cas d’échec de ceux-ci, vers les paliers 3. Cependant l’intensité de la douleur peut également conditionner le choix : en cas de douleur sévère en effet, le recours à un traitement opioïde fort d’emblée peut s’imposer tandis que l’opioïde de palier 2 sera choisi pour des douleurs modérées.

Consulter le document complet au format pdf en cliquant sur “Consulter en ligne”

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

OPIOÏDES / Mésusage et dépendance de prescription : prévention, repérage et prise en charge

Depuis les années 1990, l’utilisation des opioïdes de prescription s’est largement répandu, apportant un réel progrès dans le traitement de la douleur. La poursuite au long cours de ces traitements est parfois nécessaire, ce qui aboutit alors fréquemment à des phénomènes de tolérance pharmacologique et à un risque de symptômes de sevrage, encore appelés dépendance pharmacologique aux opioïdes de prescription.


Le 03 Juil 17
Article scientifique

Rôle de l’hypexcitabilité amygadalienne dans l’addiction : une revue de Translationnal Psychiatry

L’amygdale intègre et traite des informations relatives à la récompense et aux émotions telles que la peur et l’anxiété permettant la survie en avertissant en cas de danger potentiel. L’amygadale baso-latérale (ABL) communique avec les régions cérébrales qui affectent la cognition, la motivation et la réponse au stress, notamment le cortex préfrontal, l’hippocampe, le noyau accumbens, et les régions cérébrales postérieures.


Le 02 Oct 17