» retour

Opioïdes forts, opioïdes faibles, où en sommes-nous en 2017 ?

Depuis la création des 3 paliers de l’OMS en 1986, destinés à améliorer la prise en charge de la douleur cancéreuse, un distinguo a été imposé entre 2 catégories d’opioïdes, les faibles (palier 2) et les forts (palier 3). Depuis plus de 30 ans, on apprend aux étudiants des facultés de médecine et de pharmacie, que la prescription des opioïdes devait répondre à un algorithme laissant penser que les médicaments à base de codéine ou de tramadol d’une part (palier 2) et de morphine, d’oxycodone ou de fentanyl d’autre part (palier 3, pour ne citer que les principaux) devaient être prescrits dans un ordre précis.

En effet, en cas d’échec avec les traitements dits de palier 1 (aspirine, paracétamol, AINS…), la prescription doit s’orienter d’abord vers les paliers 2 puis, seulement, en cas d’échec de ceux-ci, vers les paliers 3. Cependant l’intensité de la douleur peut également conditionner le choix : en cas de douleur sévère en effet, le recours à un traitement opioïde fort d’emblée peut s’imposer tandis que l’opioïde de palier 2 sera choisi pour des douleurs modérées.

Consulter le document complet au format pdf en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

HEROÏNE / Quelles sont les trajectoires de consommation des usagers d’héroïne : une étude de cohorte australienne sur 10 ans parue dans Addiction.

La cohorte australienne ATOS (Australian Treatment Outcome Study) suit depuis 2001 plus de 600 usagers d’héroïne. Ces sujets ont été recrutés dans des structures de soins, mais aussi de réduction des risques et des dommages. La cohorte fournit des données complètes de consommation sur 10 ans pour plus de 400 sujets. Ces données ont été analysées à l’aide d’un outil statistique particulier de clusterisation en trajectoires. En gros, l’outil statistique définit des groupes de trajectoires homogènes au sein de la population.


Le 31 Jan 17
Revue de presse

TESTS, DROGUES ET ROCK AND ROLL

Osheaga, ÎleSonic, puis un concert des vénérables Guns N’ Roses. Au mois d’août, trois événements ébranleront coup sur coup le parc Jean-Drapeau. Il y aura des décibels et des dizaines de milliers de festivaliers. Il y aura aussi des pilules d’ecstasy, des amphétamines achetées à l’ombre des toilettes chimiques et de la cocaïne inhalée sans miroir ni comptoir. Mais à la différence de ce qui se passe dans bien des festivals ailleurs dans le monde, les fêtards qui voudraient savoir ce que contiennent les drogues qu’ils consomment ne le pourront pas. Aucun test d’analyse ne sera offert sur place.


Le 18 Juil 17