Portail Milieu Professionnel

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / L’addiction aux jeux de hasard et d’argent en ligne : quelles spécificités ?

Modalité de jeu particulière, le jeu sur Internet connaît un essor très important. Le jeu pathologique est un réel problème de santé publique, accentué par le développement du jeu en ligne. En effet, ces dernières années, les jeux d’argent sur Internet ont bénéficié des progrès technologiques et sont en constante augmentation. Les recherches actuelles montrent, par ailleurs, que le jeu sur Internet comporte des caractéristiques structurelles et situationnelles jouant un rôle notable dans l’exacerbation de pratiques de jeu excessives.

Jeux de hasard et d'argent
Addiction Jeux de hasard et d'argent - ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / L’addiction aux jeux de hasard et d’argent en ligne : quelles spécificités ?

Introduction

Le jeu de hasard et d’argent  : pratiques normales et pathologiques

Caillois, sociologue, est l’un des premiers à proposer une définition des jeux de hasard et d’argent dès 1958. Selon lui, le jeu doit être une activité libre (choisie pour conserver son caractère ludique), séparée (circonscrite dans un certain espace et dans un certain temps), incertaine (l’issue n’est pas connue à l’avance), improductive (qui ne produit ni biens ni richesses), réglée (régie par des règles différentes de celles de la vie quotidienne) et fictive (accompagnée d’une conscience fictive de la réalité seconde). Il distingue quatre catégories de jeux : les premiers reposant sur la compétition (agôn), les seconds reposant sur le simulacre (mimicry), les jeux de hasard (alea), enfin ceux qui ont pour fonction de procurer une impression de vertige (ilinx).

Jouer est un comportement normal chez l’homme. L’enfant, en jouant, crée un espace de rêve et de symbolisation sur lequel s’étaye son développement. Le jeu de l’adulte revêt généralement un caractère social et ludique, il permet de s’évader du quotidien à travers une activité régie par des règles spécifiques, différentes des règles auxquelles il doit se confronter dans la vie quotidienne. Le jeu en soi n’est donc pas une activité pathologique : Valleur (2006) parle du jeu en ces termes : “Indispensable, donc, le jeu peut donner lieu à abus et addictions, comme toutes les conduites humaines qui sont source de plaisir et d’évasion…” (p. 88).

En savoir plus

À lire aussi