» retour

ADDICTIONS / Les femmes restent les oubliées de la prise en charge

Le 8 mars, lorsqu’on célèbre la Femme, il est rare d’avoir envie d’évoquer ses addictions ; le constat se vérifie d’ailleurs toute l’année. La femme dépendante aux substances psychoactives dérange. Chez l’homme, déjà, l’addiction n’a pas bonne presse mais chez la femme, l’effet de stigmatisation se décuple.

« Mauvaise mère »

A cela, une explication d’abord sociétale. « Il y a cette image de femme qui perd sa capacité à prendre soin, avec l’idée qu’elle ne peut plus s’occuper d’un enfant, commente Cécile Bettendorff, chargée de projet à Fédération Addiction. C’est le thème de la mauvaise mère ; la société attend encore de la femme qu’elle prenne soin des autres, davantage que l’homme ».

Il faudra pourtant aborder la question si l’on veut être efficace en matière de lutte contre les conduites addictives. Les femmes sont les grandes absentes des structures de soins en addictologie. Elles ne représentent que 25 % du public des Csapa (1) et 20 % des Caarud (2) implantés en France. Dans le monde, seule une personne sur cinq bénéficiant d’un traitement contre l’addiction est une femme.

Et pourtant, elles ne se droguent pas moins, comme le montrent les dernières données de l’OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies). Si les usages étaient très genrés il y a quelques décennies, avec une consommation essentiellement masculine, cette différence tend bel et bien à s’estomper.
Alors comment les inciter à pousser la porte de ces structures de soins et tenir un discours qui prenne en compte leur spécificité ? C’était la question posée ce lundi lors d’une conférence de presse.

Rackets, agressions…

Car « les femmes ne sont pas des hommes comme les autres ». Elles absorbent les mêmes produits mais ne les consomment pas de la même manière et subissent d’autres conséquences liées à leurs pratiques. Elles devraient, à ce titre, bénéficier d’une prise en charge spécifique, ont expliqué les acteurs réunis dans l’espace Femme de la Boutique 18, l’un des rares centres en France à ne prendre en charge que des usagères.

Pour voir la suite de l’article, cliquez sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

OPIOÏDES / Prise en charge des troubles de consommation en première ligne Abstinence, méthadone ou buprénorphine-naloxone?

Par habitant, le Canada s’est hissé au premier rang des pays qui comptent le plus d’usagers d’opioïdes sur ordonnance1 dans le monde, et les taux correspondants de toxicomanie et de surdose sont aussi élevés2–4. En 2010, en Ontario, 510 personnes ont succombé à une surdose liée aux opioïdes, ce qui en fait la cause la plus fréquente de décès chez les jeunes adultes5. La plupart des cas de surdose mortelle en Ontario avaient reçu une ordonnance d’opioïde dans les 3 semaines précédentes6, et beaucoup, sinon la plupart, des médecins de famille canadiens comptent dans leur pratique des patients dépendants des opioïdes.


Le 15 Mar 17
Revue de presse

DROGUES / Panorama Suisse des Addictions 2017

L'usage de substances psychoactives – qu'elles soient légales ou illégales – dans notre société reste un sujet d'actualité. Tandis qu'une grande partie de la population consomme ces substances de manière non problématique, un quart fume et un cinquième boit trop ou trop souvent. De plus, environ 200'000 personnes ont consommé du cannabis durant le dernier mois. En outre, l'omniprésence d'Internet pose problème à une partie de la population, tout comme certain-e-s perdent le contrôle sur les jeux d'argent.


Le 16 Fév 17