» retour

OPIACES / Alerte sur le détournement des médicaments à base de codéine par les adolescents et jeunes adultes

De plus en plus d’adolescents consomment du purple drank, autrement appelé codé-sprite, lean, syzzurp, un cocktail euphorisant et qui « fait planer ». De la codéine, utilisée en sirop (Euphon, Néo-Codion..) ou en comprimé comme le Codoliprane, diluée dans du soda, et détournée pour se droguer. De la grenadine ou des bonbons sont parfois ajoutés.

« Le nombre de cas graves est en augmentation depuis septembre 2015. Depuis janvier, cinq cas d’intoxication ont été répertoriés dont deux décès d’adolescents », indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Ce mélange est parfois associé à un antihistaminique, pour contrer les effets secondaires de la codéine (nausées, démangeaisons). Des produits en accès libre à la pharmacie, même pour les mineurs, puisque aucun texte n’interdit la vente de médicaments aux moins de 18 ans.

De plus en plus d’adolescents consomment du purple drank, autrement appelé codé-sprite, lean, syzzurp, un cocktail euphorisant et qui « fait planer ». De la codéine, utilisée en sirop (Euphon, Néo-Codion..) ou en comprimé comme le Codoliprane, diluée dans du soda, et détournée pour se droguer. De la grenadine ou des bonbons sont parfois ajoutés.

« Le nombre de cas graves est en augmentation depuis septembre 2015. Depuis janvier, cinq cas d’intoxication ont été répertoriés dont deux décès d’adolescents », indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Ce mélange est parfois associé à un antihistaminique, pour contrer les effets secondaires de la codéine (nausées, démangeaisons). Des produits en accès libre à la pharmacie, même pour les mineurs, puisque aucun texte n’interdit la vente de médicaments aux moins de 18 ans.
En savoir plus sur www.lemonde.fr en cliuant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

Drogue : dans une concurrence exacerbée, les trafiquants continuent à « aller vers » les clients

Concurrence exacerbée entre réseaux, intensification de la violence autour des trafics, présence policière accrue en raison de l'état d'urgence : les trafiquants de drogue continuent de s'adapter en allant davantage vers les consommateurs, notamment via SMS et internet, selon l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) qui publiait mardi son étude sur les Tendances récentes et nouvelles drogues.


Le 21 Déc 16