» retour

TABAC / Ces 9 idées fausses qui vous dissuadent d’arrêter

1. «En réduisant ma consommation de cigarettes quotidienne, je réduis les risques pour ma santé»

Il n’existe pas de seuil au-dessous duquel le risque de cancer du poumon ou de maladies cardiovasculaires est nul. Selon une étude publiée en 2005 dans la revue Tobacco Control, fumer entre 1 et 4 cigarettes par jour est ainsi associé à un risque 3 fois plus élevé de mourir d’un infarctus. Vis-à-vis de ce risque, il n’y a donc pas de «petit» ou de «gros» fumeur. De plus, le tabagisme multiplie par au moins 10 à 25 le risque de développer un cancer du poumon par rapport à un non-fumeur. L’objectif est donc d’arrêter le plus tôt possible, quelle que soit la quantité quotidienne de tabac consommée.

2. «Cela ne sert à rien d’arrêter de fumer puisque l’air pollué que je respire est aussi dangereux»

Selon une étude publiée en 2005, les microparticules de l’air – qui proviennent en grande partie de la combustion du carburant, du gaz naturel et du charbon – sont à l’origine d’environ 5% des morts par cancer de la trachée et cancer du poumon. Le tabagisme reste de loin le principal facteur de risque: selon le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), il est responsable de 8 cancers sur 10 chez l’homme et de 7 cancers sur 10 chez la femme.

Au total, 80 à 85% des cas de cancer du poumon seraient attribuables au tabac. D’autres facteurs de risque sont connus, tels que l’exposition professionnelle à l’amiante, au radon (mines d’uranium), l’arsenic, le nickel, le chrome, les goudrons… À noter que les risques de présenter un jour un cancer du poumon suite à une exposition à l’amiante sont 50 fois plus importants si la personne est fumeuse.

Voir la suite de ces conseils en allant sur le figaro.fr via le bouton « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

TABAC / Recommandations pratiques sur l’e-cigarette pour les médecins et autres professionnels de santé. Recommandations 2016 d’experts franc¸ais

Un groupe de 11 médecins experts a élaboré, par consensus progressif, des recommandations sur la prise en charge du tabagisme à l’heure de l’e-cigarette. Le manque de données scientifiques sur l’e-cigarette a conduit les experts à énoncer des recommandations principalement basées sur la pratique clinique en attendant les validations scientifiques. Les traitements validés d’arrêt du tabac gardent toute leur place dans le traitement des dégâts du tabagisme.


Le 20 Fév 17