Publicité liée au tabac, facteurs de vulnérabilité et usage du tabac chez les jeunes

Tabac / 23 octobre 2018

Tabac
Addiction Tabac - Publicité liée au tabac, facteurs de vulnérabilité et usage du tabac chez les jeunes

L’entrée dans l’âge adulte (18-24 ans) est une période cruciale dans l’évolution des habitudes de consommation de tabac à long terme. La publicité et la promotion du tabac conduisent à l’initiation et à la poursuite du tabagisme chez les jeunes adultes.

Dans une étude américaine, les chercheurs ont examiné si les facteurs de vulnérabilité modéraient le lien entre le fait d’apprécier la publicité pour le tabac et le tabagisme aux États-Unis.

Des analyses ont été menées auprès de     9 109 jeunes américains au cours de la phase 1 de l’étude PATH, étude nationale américaine évaluant l’état de santé et les consommations de tabac dans un échantillon représentatif (2013-14). Les participants ont visionné 20 séries de publicités pour le tabac sélectionnées au hasard (cinq chacune pour des cigarettes, des cigarettes électroniques, des cigares et du tabac sans fumée) et ont indiqué si elles aimaient ou non chaque publicité. Le critère principal de jugement était la consommation dans les 30 derniers jours de de cigarettes, de cigarettes électroniques, de cigares et de tabac sans fumée. Les covariables comprenaient l’appréciation de la publicité pour le tabac, l’âge, le sexe, la race / appartenance ethnique, l’orientation sexuelle, l’éducation, le niveau de pauvreté, le service militaire et la présence de troubles psychiques

Cette étude a montré que le fait d’apprécier les publicités pour le tabac était associé à la consommation de tabac et cette association était particulièrement forte chez les personnes ayant un faible niveau d’instruction (cigarettes, cigares) et vivant au-dessous du seuil de pauvreté (cigarettes électroniques, tabac sans fumée).

L’association entre l’appréciation de la publicité pour le tabac et l’usage du tabac était plus forte chez les jeunes adultes à faible niveau d’instruction et chez ceux vivant sous le seuil de pauvreté. Les politiques de prévention qui limitent l’exposition à la  publicité et promeuvent des messages de contre-marketing dans cette population pourraient réduire le risque de consommaiton dans cette population.

Dr ANGERVILLE Bernard

En savoir plus