Sport et tabac : la liaison dangereuse !

Tabac
Addiction Tabac - Sport et tabac : la liaison dangereuse !

Sport et tabac ne font pas bon ménage. Fumer avant, pendant ou juste après un exercice physique intense est traumatisant pour le corps, voire dangereux, si l’on est un gros fumeur. Car le sport ne nettoie nullement les poumons, et courir au grand air n’a jamais compensé les effets du tabagisme, alerte le corps médical. Hélas, beaucoup de sportifs ne le savent pas !

Les médecins précisent : non seulement le sportif fumeur est exposé aux mêmes risques que tous les autres fumeurs, mais en plus, il y ajoute des complications liées à sa pratique sportive en perturbant l’apport en oxygène aux muscles, cœur et poumons, qui, par conséquent, doivent travailler davantage et fournir bien plus d’effort encore pendant l’activité sportive. « Oui, docteur, je fume mais je fais du sport ! » n’est donc pas du tout une phrase qui peut tranquilliser votre généraliste. Mais surtout, cette réponse (qui se veut rassurante de la part du patient) ne doit pas servir d’alibi pour continuer de fumer !

De vrais risques

Même pour quelques cigarettes ou lors d’exposition au tabagisme passif, de vrais risques existent : la formation de caillot dans une artère, la provocation de spasmes réduisant brutalement le calibre des artères, un risque d’infarctus, des phénomènes inflammatoires au niveau des poumons. Et dans ce dernier cas, forcément, on s’essouffle plus tôt et on capitule, parfois, à la limite du malaise. Tous ces mécanismes s’aggravent bien entendu avec l’âge et peuvent survenir à tout moment, notamment en cas de déshydratation, fréquente lors de la pratique sportive.

Aussi, si on n’envisage pas de stopper sa consommation de tabac, il faut impérativement suivre les recommandations suivantes : faire une ou deux fois par an un examen cardiologique, ne pas fumer une heure avant et deux heures après l’effort, savoir que douche chaude + cigarette après le sport = vasoconstriction multipliée par deux. Les artères coronaires se resserrent 2 fois plus, pour un risque d’infarctus augmenté.

En savoir plus

À lire aussi