» retour

TABAC / Encore dix idées reçues sur le tabagisme qui ont la vie dure

1. Les fumeurs d’aujourd’hui sont des incorrigibles, des fumeurs « accros » qui ne peuvent ou ne veulent pas arrêter

Cette affirmation constitue l’essentiel de ce qu’il est convenu d’appeler l’« hypothèse de l’endurcissement » : l’idée que des décennies d’efforts pour inciter les fumeurs à arrêter ont vu les fruits mûrs tomber de l’arbre ne laissant aujourd’hui sur le terrain que de gros fumeurs, profondément dépendants.

L’indice clef de la dépendance au tabac, c’est le nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Cela crée un petit problème pour l’hypothèse de l’endurcissement : dans les pays et les États où le tabagisme s’est le plus réduit, le nombre moyen de cigarettes consommées chaque jour a diminué, et non pas augmenté. C’est exactement le contraire de ce que l’hypothèse d’endurcissement aurait prédit si les fumeurs restants étaient pour la plupart des incorrigibles.

2. Fumer est un plaisir

Des études répétées ont montré qu’à peu près 90 % des utilisateurs regrettent d’avoir commencé à fumer et chaque année, quelque 40 % d’entre eux essaient de stopper. Il n’existe aucun autre produit pour lequel les consommateurs, ou même une part réduite d’entre eux, manifestent un tel manque de fidélité.

Mais les efforts de certains fumeurs endurcis me font bien rire quand ils expliquent qu’ils fument par plaisir et que les tentatives pour les persuader d’arrêter ne sont que des tirades anti-hédonistes. De nombreux travaux ont prouvé que le « plaisir » en question, c’est juste le soulagement ressenti par les fumeurs quand ils peuvent fumer après en avoir été privés pendant quelque temps. La dose de nicotine qui suit supprime alors l’inconfort et le besoin dont ils souffraient. Cet argument ressemble un peu au fait de dire : se faire battre tous les jours est quelque chose qu’on veut continuer, parce que, hein, c’est tellement bon quand cela s’arrête.

Pour voir le reste des idées reçues, rendez-vous sur theconversation.com via le bouton “Consulter en ligne”

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

“Tabac chauffé” sans danger pour la santé : mais de qui Philip Morris se moque-t-il ? Par Jean Yves Neau

Ancien de Colgate Palmolive, Frédéric de Wilde est aujourd’hui le président de Philip Morris International Europe. Le site des buralistes français nous apprendqu’il a accordé un entretien à Losange, leur « magazine 100% » ; entretien éclairant en ce qu’il donne de nouvelles précisions sur la grande nouveauté de sa firme : le « tabac fumé » (marque Iqos) que son groupe vient de lancer sur certains marchés-tests en France.


Le 20 Juin 17