Le tabagisme multiple par 5.5 le risque de forme sévère de la Covid 19

Tabac
Addiction Tabac - Le tabagisme multiple par 5.5 le risque de forme sévère de la Covid 19

La Covid 19 est une maladie respiratoire aiguë, due au virus SARS-Cov2, qui a touché près de 100 millions d’individus dans le monde. Elle est responsable de 2,14 millions de décès dans le monde et de 74 800 décès en France à ce jour. Les tableaux cliniques sont très variables, avec de nombreux cas asymptomatiques d’un côté mais aussi des cas nécessitant une hospitalisation dans un service de soins intensifs, conduisant parfois au décès.

Plusieurs facteurs de gravité ont été identifiés (1) : l’âge élevé (75 ans et plus), le surpoids et l’obésité, l’hypertension artérielle et le diabète.

Dans les études sur le devenir des patients Covid 19, il a été retrouvé une prévalence du tabagisme inférieure à celle de la population générale. Une hypothèse a été émise sur le rôle de la nicotine en mars 2020 par Konstantinos Farsalinos (2), reprise ensuite par Jean-Pierre Changeux ; la nicotine désensibiliserait les récepteurs ACE2 (Angiotensine II) à la surface des cellules, rendant ainsi la fixation du virus SARS-Cov2 (par sa protéine S) plus difficile et limitant son passage à l’intérieur des cellules (pour se reproduire).

Un numéro spécial de la Lettre de la Société francophone de tabacologie (SFT) a été consacré à « Covid 19, tabac et nicotine » en mai 2020, en collaboration avec les sociétés savantes de tabacologie suisse, belge et luxembourgeoise, précisant que :

  • fumer a des conséquences néfastes sur la santé respiratoire et cardiovasculaire, ce qui peut augmenter le risque de complications lors d’une infection au SARS-Cov2,
  • fumer a un effet défavorable sur le système immunitaire, augmentant ainsi le risque d’infections virales,
  • fumer augmente le risque de complications chez les malades atteints de la Covid 19 (maladies pulmonaires, baisse de la capacité pulmonaire, inflammation des voies respiratoires), et par voie de conséquence, augmente la gravité de la maladie et le risque de décès.

L’objectif de l’étude menée par J. Li et collaborateurs (Wuhan, Chine) est de savoir si les atteintes pulmonaires de la Covid 19 sont corrélées à la gravité de leur maladie.

954 patients admis au Wuhan Red Cross Hospital (Chine) avec le diagnostic de Covid 19 confirmé par une RT-PCR en avril 2020 ont été inclus dans cette étude : ils se répartissent en 898 non-fumeurs et 56 fumeurs appariés sur l’âge. Une tomodensitométrie des poumons (scanner thoracique) a été effectuée chez 150 non-fumeurs et 44 fumeurs, permettant d’obtenir 394 images (384 pour les non-fumeurs et 10 pour les fumeurs) pendant leur séjour hospitalier. Un score de gravité des lésions pulmonaires a été calculé pour chaque patient, allant de 0 (pas d’atteinte) à 5 (plus de 75% d’atteinte), pour les 5 lobes pulmonaires. Un score initial, ainsi qu’un score au cours de leur suivi.

Voici les principaux résultats de cette étude :

  • le tabagisme augmente le risque (multiplié par 5,5) de forme sévère de la Covid 19 (passage en service de soins intensifs / décès) chez les 56 patients fumeurs,
  • contrairement à ce que l’on pouvait penser, aucune différence significative n’est constatée entre les groupes de fumeurs et de non-fumeurs, ni pour les lésions pulmonaires initiales, ni pour leur évolution au cours de l’hospitalisation.

Ces données montrent que le passé tabagique a peu d’effet sur les poumons des malades Covid19.

Les auteurs suggèrent que le risque de formes graves de Covid 19 serait lié à une immunodépression (3) secondaire liée au tabagisme cumulé.

Références bibliographiques

1 Williamson EJ, Walker AJ, Bhaskaran K, Bacon S et al. Factors associated with COVID-19-related death using OpenSAFELY. Nature. 2020 Aug;584(7821):430-436. doi: 10.1038/s41586-020-2521-4. Epub 2020 Jul 8. PMID: 32640463.

2 Farsalinos K, Barbouni A, Niaura R. (2020). Smoking, vaping and hospitalization for COVID-19. Qeios. doi:10.32388/Z69O8A.2.

Stampfli MR, Anderson GP. How cigarette smoke skews immune responses to promote infection, lung disease and cancer. Nat Rev Immunol 2009; 9: 377–84.

Dr Philippe Arvers (1,2,3)

1 – Observatoire Territorial des Conduites à Risques de l’Adolescent (MSH-UGA)

2 – 7ème Centre Médical des Armées (Antennes de Varces et Chambéry)

3 – Institut Rhône Alpes Auvergne de Tabacologie (Lyon)

Source : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/joim.13190

À lire aussi