» retour

TEMOIGNAGE / Vivre avec un consommateur d’opiacés : un guide pour s’en sortir sain et sauf

Je suis une consommatrice d’opiacés qui ne consomme pas actuellement. Retenez vos applaudissements, cet article ne traite pas de mon “triomphe”, ou peu importe comment vous voulez l’appeler. Il était temps pour moi d’arrêter, et je l’ai fait. La façon dont je l’ai fait importe peu. Alors que je n’ai pas consommé d’opiacés pendant environ six mois, je suis actuellement en couple avec quelqu’un qui lui consomme toujours par voie intraveineuse, et je dois donc m’adapter dans ma vie quotidienne.

Il ne s’agit pas de savoir comment je m’en sors avec des opiacés autour de moi, alors que je suis moi-même confrontée à ma propre dépendance.  Il s’agit de savoir comment je peux tenir mon compagnon hors de danger lorsqu’il consomme. Il s’agit d’être une meilleure partenaire et amie pour quelqu’un qui vit encore sur la corde raide entre vouloir consommer ou non. Il s’agit d’être bienveillante et d’agir plutôt que de prononcer des paroles vaines, que d’intervenir de façon agressive, ou que de se référer à des catalogues futiles dont l’objectif est de vendre un lit dans un centre de cure de désintoxication à des familles désorientées, sans rien proposer pour aider celui qui en a besoin.

Cet article a été publié pour la première fois sur Studio L. Vous pouvez lire l’original ici.

En réalité, mon compagnon n’est pas encore tout à fait prêt à se débarrasser des opiacés qui l’ont aidé à traverser des périodes très difficiles. Je l’accepte. Personne ne m’a dit quand arrêter et je ne peux pas prendre cette décision à sa place. Je n’aime pas le fait qu’il se drogue. Ça me fait peur, et d’autant plus à une époque où les décès par overdose sont quotidiens, et où peu de personnes sont suffisamment sensibles à la situation afin de réagir comme il faut en cas d’overdose.  Mais ce qui me ferait plus peur encore serait de ne pas savoir, et de ne pas pouvoir être là pour l’aider à rester hors de danger.

Il s’agit de savoir comment je m’adapte à ce risque présent dans la vie de mon compagnon, et de comment être de meilleure assistance pour le consommateur d’opiacés qui pourrait faire partie de votre vie.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

COCAÏNE / Le risque de décès par overdose est directement associé à une température extérieure élevée

La cocaïne et les autres stimulants majeurs peuvent entrainer la mort par overdose. Au contraire de l’alcool et de l’héroïne, les overdoses de cocaïne induisent un coma très agité, avec risque de convulsions et de choc cardiogénique avec défaillance cardiovasculaire. Les usagers de cocaïne n’étant souvent pas indemnes d’autres facteurs de risque cardiovasculaire, il est important de comprendre les différents paramètres extérieurs pouvant jouer sur le risque de décès en cas d’overdose.


Le 03 Juil 17
Dossier

ADDICTIONS / Le Pr Michel Reynaud rend son rapport à la MILDT

Vendredi 7 juin 2013, le Pr Michel Reynaud (hôpital Paul Brousse) a rendu à Mme Jourdain-Menninger, présidente de la MILDT (Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie), le rapport collectif sur la question des addictions qu’il a présidé et coordonné : « les dommages liés aux addictions et les stratégies validées pour réduire ces dommages ». La Fédération Addiction, par le biais de ses administrateurs et adhérents, a contribué à l’élaboration de ce document.


Le 28 Août 16