» retour

SOCIETE / Ces nouvelles drogues qui submergent l’Europe

Leurs effets sont proches de ceux du cannabis, de la cocaïne ou des amphétamines, mais ils peuvent être commandés en toute légalité sur Internet. Apparus dans les années 2000, les nouveaux produits de synthèse (NPS), fabriqués en laboratoire, prolifèrent à la faveur d’un vide juridique. Modifiées synthétiquement pour imiter des drogues illégales, les molécules produites ne sont pas considérées comme des stupéfiants en Europe. À peine interdites, elles sont aussitôt remplacées par de nouvelles variantes. « Spice », « sels de bain », méphédrone, MDPV, « Flakka » et autres cannabinoïdes de synthèse sont vendus à des consommateurs qui en méconnaissent les effets, souvent plus dévastateurs que leurs modèles illicites.

Casse-tête juridique

Qui fabrique ces « legal highs « ? Comment arrivent-ils jusqu’en Europe ? Comment légiférer contre des drogues dont la raison d’être est justement de contourner la loi ? Ce documentaire dévoile les enjeux sanitaires, légaux et sociaux d’un nouveau casse-tête juridique.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

Décryptages N°29 – Le coût des drogues pour la société : Quel intérêt pour la politique publique ?

Au moment où le gouvernement français, sur la lancée de l'élection du président Emmanuel Macron, s'apprête à réviser à la marge le dispositif de répression de l'usage des stupéfiants (contraventionnalisation pour primo-interpellation), la prise en compte de l'aspect économique de la consommation de drogues et de leur trafic est curieusement absente du débat.


Le 11 Jan 18
ANPAA
Article scientifique

Intérêt des thérapies de pleine conscience dans les comportements addictifs : sont-elles efficaces et comment les adapter pour les patients souffrant d’addiction ?

Depuis l’introduction par John Kabat-Zinn (1982) des pratiques de méditation de pleine conscience (mindfulness-based practices/therapies) dans le milieu médical, nous assistons à un intérêt croissant de ces thérapies pour une grande variété de pathologies et de  troubles psychologiques.


Le 04 Jan 18