» retour

SOCIETE / Ces nouvelles drogues qui submergent l’Europe

Leurs effets sont proches de ceux du cannabis, de la cocaïne ou des amphétamines, mais ils peuvent être commandés en toute légalité sur Internet. Apparus dans les années 2000, les nouveaux produits de synthèse (NPS), fabriqués en laboratoire, prolifèrent à la faveur d’un vide juridique. Modifiées synthétiquement pour imiter des drogues illégales, les molécules produites ne sont pas considérées comme des stupéfiants en Europe. À peine interdites, elles sont aussitôt remplacées par de nouvelles variantes. « Spice », « sels de bain », méphédrone, MDPV, « Flakka » et autres cannabinoïdes de synthèse sont vendus à des consommateurs qui en méconnaissent les effets, souvent plus dévastateurs que leurs modèles illicites.

Casse-tête juridique

Qui fabrique ces « legal highs « ? Comment arrivent-ils jusqu’en Europe ? Comment légiférer contre des drogues dont la raison d’être est justement de contourner la loi ? Ce documentaire dévoile les enjeux sanitaires, légaux et sociaux d’un nouveau casse-tête juridique.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

Santé : l’entreprise au coeur de la prévention

Cancer, cholestérol, obésité, tabagisme, maladies cardio-vasculaires... « Il n'y a plus de tabou. En matière de santé, l'entreprise a un rôle à jouer, sur tous les sujets. Et elle le joue », estime Stéphanie Boënnec, directrice de clientèle grands comptes chez Gras Savoye. Suivant le mouvement de la généralisation de la complémentaire santé, effective depuis le 1er janvier 2016, les programmes de prévention et d'éducation se sont multipliés.


Le 15 Mai 17
ANPAA