Portail Milieu Professionnel

DROGUES / Le marché de l'héroïne décrypté

Une équipe interdisciplinaire réalise une étude originale visant la compréhension du marché illégal des stupéfiants dans le canton de Vaud. Ce projet de trois ans porte d'abord sur le marché des opioïdes dont l'héroïne est la principale drogue illicite. Celle-ci est vendue avec un faible taux de pureté et à un prix nettement plus bas qu'il y a vingt ans...

Autres drogues

Une équipe interdisciplinaire réalise une étude originale visant la compréhension du marché illégal des stupéfiants dans le canton de Vaud. Ce projet de trois ans porte d’abord sur le marché des opioïdes dont l’héroïne est la principale drogue illicite. Celle-ci est vendue avec un faible taux de pureté et à un prix nettement plus bas qu’il y a vingt ans. La quantité consommée dans le canton est limitée et peut être estimée à 145 ou 205 kg par an selon la méthode utilisée, ce qui correspond à un chiffre d’affaire d’environ 8 à 11 millions de francs. Le trafic d’héroïne est surtout le fait d’individus albanophones, organisés en groupes de petite taille, dont les pratiques sont bien établies. S’y ajoute le petit trafic entre usagers servant à financer la consommation.

Un faible niveau de pureté et un prix peu élevé

L’héroïne est la principale substance du marché des opioïdes dans le canton de Vaud et en Suisse. Elle est importée en « pains » de 0.5 à 1 kg avec un taux de pureté de 40 à 60%, puis coupée trois à quatre fois avec un mélange de caféine et de paracétamol. Elle est ensuite conditionnée sous forme de sachets de 5 g avec une pureté de 10 à 15%. C’est ainsi que les trafiquants la vendent aux usagers au prix de Fr 120.- à 200.- selon le lieu. Les usagers peuvent ensuite reconditionner l’héroïne en « paquets » contenant typiquement une dose (0.2 g) pour la revendre à leurs pairs.

Un marché de relativement petite taille

Deux méthodes indépendantes, basées sur le nombre d’usagers et sur l’analyse des eaux usées, permettent une estimation du volume d’héroïne consommée dans le canton de Vaud de respectivement 145 et 205 kg par an. En ajoutant les saisies de la police, soit environ 18 kg d’héroïne coupée, on obtient des quantités en circulation de 163 et 223 kg. En extrapolant ces chiffres, le marché suisse pourrait représenter 1.8 à 2.5 tonnes d’héroïne coupée par an. A partir de la quantité totale consommée, on peut estimer qu’environ 1’300 à 2’800 épisodes de consommation, tous modes de consommation (inhalation, injection, sniff) confondus, ont lieu chaque jour dans le canton de Vaud. L’essentiel de ces épisodes est le fait d’usagers réguliers et seule une très petite partie relève d’usagers occasionnels.

En savoir plus

À lire aussi