» retour

TABAC / la ministre de la Santé veut une augmentation du prix «forte et rapide»

Agnès Buzyn veut «intensifier» la lutte contre le tabagisme «en augmentant rapidement et fortement, dès 2018, le prix du tabac». Dans sa feuille de route évoquée par Les Echos, ce vendredi, la ministre des Solidarités et de la Santé creuse le sillon dessiné la semaine dernière dans Le Parisien. Elle avait alors déclaré qu’elle n’était «pas contre» le paquet de cigarette à 10 euros, pour lequel Emmanuel Macron s’était prononcé pendant la campagne électorale. «La hausse du prix du paquet est une façon de faire baisser le nombre de fumeurs. J’entends l’inquiétude des Français sur leur pouvoir d’achat, mais il s’agit d’un impératif de santé publique. Le tabagisme est une vraie maladie», ajoutait la ministre, sans toutefois préciser le prix envisagé pour cette nouvelle augmentation.

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), augmenter le prix du paquet pour faire baisser le nombre d’acheteurs est même «la méthode la plus efficace pour endiguer la propagation de la consommation du tabac». «L’option la plus puissante et la plus rentable pour tous les gouvernements consiste simplement à augmenter les prix du tabac en appliquant des taxes sur la consommation», ajoute l’OMS sur son site internet. En général, les jeunes seraient particulièrement sensible à une variation de prix: un argument de poids pour la ministre française de la Santé, dont l’objectif est de parvenir à la première «génération sans tabac». D’après les calculs de l’OMS, «en moyenne, une augmentation des prix de 10% sur le paquet de cigarettes devrait entraîner une baisse de 4% de la demande dans les pays à revenu élevé et de 4 à 8% dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où les revenus plus faibles des populations tendent à les sensibiliser davantage à l’évolution des prix.»

  • Partager l'article sur

A consulter aussi