Un projet britannique d'application pour améliorer la vie des personnes dépendantes

11 août 2016

Addiction  - Un projet britannique d'application pour améliorer la vie des personnes dépendantes

applicationAngela Duhaime est éducatrice au  Southeastern Regional Action Council (UK). A force de côtoyer depuis plus d’un an les meetings communautaires et les forums britanniques, elle ressenti le besoin de développer une application pour aider les personnes dépendantes.

Si Angela Duhaime mène à bout son projet, ces personnes pourront bientôt télécharger une application leur permettant de prendre contact avec les centres de traitement britanniques les plus proches, en sachant immédiatement s’ils ont des places disponibles.

Son projet va cependant plus loin qu’un simple outil pour connaître les lits disponibles. Dans son esprit, l’application  englobe trois objectifs conjoints : la prévention, l’intervention et le traitement.

Dans l’esprit de Duhaime, l’application permettra d’avoir accès aussi bien aux programmes et activités pour la jeunesse, qu’à des informations concernant les  centres de traitement les plus proches et les moyens d’entrer en contact avec eux.

« Les gens passent leur temps à nous dire, ‘nous avons besoin d’un guide de ressources’ regrette Duhaime. Pourtant nous passons notre temps à écrire des guides. Ils deviennent obsolètes presqu’à la minute même où ils sont imprimés parce que les programmes ferment. Ils finissent à la poubelle en moins d’une semaine ».

Elle prévoit que son application soit facilement actualisable et devienne ainsi un point de rencontre unique pour ceux qui cherchent des traitements, que ce soit pour eux-mêmes ou pour un proche.  L’application doit aussi être un outil préventif, pour ceux qui veulent se prémunir contre le risque d’addiction, ou empêcher un proche d’atteindre ce stade.

Si elle s’est lancée dans ce projet ambitieux, c’est qu’elle a été frappée de voir qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune application qui montre les places disponibles dans les centres. Elle s’est cependant inspirée de groupes qui utilisent déjà des application pour s’envoyer des alertes sur les dates de rencontre, ou pour distribuer des documents d’informations téléchargeables.

Bien placée pour recueillir la parole des malades, elle sait que le plupart d’entre eux « ne savent pas comment avoir accès aux bonnes ressources » et s’en plaignent. La faute au temps et à la technologie mise en place : « Il est difficile pour les gens de s’asseoir pour faire des recherches quand ils sont en crise ».

Cette application permettrait de résoudre en partie ce problème : « Tout le monde télécharge des applications. Elles sont très faciles à utiliser et toujours à portée de main ».  Ce qui les rend très attractive et efficace dans l’accompagnement des malades.

Duhaime réfléchit aussi aux problèmes logistiques des mises à jour, pour faire de cette application un outil réellement efficace et novateur pour les usagers en recherche d’accompagnement.

Source en anglais : The Day – Local educator looking to create substance abuse, mental health smartphone app