En cas d’overdose, faites appel à un ami !

Autres drogues / 12 juillet 2018

Autres drogues
Addiction Autres drogues - En cas d’overdose, faites appel à un ami !

Ces dernières années, les études montrent une implication de plus en plus importante des pairs consommateurs dans les programmes de soins à destination des usagers de drogue, en particulier aux États-Unis et concernant la formation à l’usage de la Naloxone. Les auteurs de cette étude ont donc voulu aller plus loin et étudier ce phénomène dans le cadre d’un programme d’intervention de type « injection en présence de pair consommateur témoin » dans des centres d’accueil d’urgence temporaire.

 

Ils ont pour cela mené des entretiens semi-structurés auprès de 24 usagers de drogues, recrutés dans 2 centres. Les entrevues ont ensuite été transcrite puis analysées par thème en cherchant à caractériser la place et le ressenti vis-à-vis des pairs consommateurs dans les prises en charge.

 

Quatre thèmes principaux sur ce sujet ont émergé de leurs analyses. En premier lieu, ils ont insisté sur la place importante de la relation de confiance dans le soutien apporté par ces pairs. Le deuxième point soulevé était l’augmentation du sentiment de sécurité au cours des consommation du fait de la présence des pairs lors de l’usage, et de l’absence de différence de statut. Ils évoquaient ensuite le rapport privilégié et plus facile avec les pairs, car ceux-ci avaient pu avoir les mêmes expériences qu’eux en termes de consommation ou de mode de vie. Enfin, l’action des pairs au sein du centre a permis une prise de conscience des usagers sur leur rôle propre en termes de réduction des risques au sein de leur communauté d’usagers. Elle les a incités à avoir eux-mêmes ce rôle de prévention des overdoses auprès de leur entourage ou d’autogestion lors de consommations, en prévenant un tiers au préalable par exemple.

 

Ces résultats indiquent que les usagers de drogues trouvent bien un bénéfice à l’action des pairs consommateurs en complément des prises en charge classiques, en particulier par l’utilisation des réseaux sociaux et par le biais de prises en charges moins formelles. A l’heure où les salles de consommations à moindre risque commencent à se développer en France, il parait donc particulièrement intéressant de réfléchir à la place que ces pairs pourraient prendre dans ces dispositifs.

 

 

Par Julien Cabé 

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir