Le monde du travail

La dernière cigarette, un article issu de Philosophy Magazine

Bientôt, la culture tabac de l'Europe se sera dissipée. C'est bon pour la santé et l'environnement. Mais avec le tabagisme, un exercice philosophique quotidien disparaît

Tabac
Addiction Tabac - La dernière cigarette, un article issu de Philosophy Magazine

Bientôt, la fumée aura disparu. Et lorsque le voile gris sur les comptoirs, les pistes de danse et les terrasses aura complètement disparu, les derniers cendriers seront vidés, les derniers automates seront démontés. Bien sûr, ici et là, vous pourrez toujours les acheter. Mais plutôt pour une occasion spéciale: comme accessoire pour les vacances un peu aventurières, comme gimmick nostalgique pour des soirées à thème ou comme cadeau d’anniversaire « culte ». Parce qu’elles seront chères. Très chères. Les six euros que vous laissez en 2018 par paquet [ndt : nous sommes en Allemagne…], apparaîtront comme une broutille. Même l’équivalent de 17 euros, que vous deviez payer en Australie à l’époque, peut alors sembler une bonne affaire. Seulement cela n’a pas d’importance pour la plupart. Étant donné que le tabagisme est maintenant considéré comme un anachronisme étrange du XXe siècle, la part de la population de toxicomanes à la nicotine fumée ne représente qu’un pourcentage infime de la population.

 

Quand cela va arriver, c’est difficile à dire. Peut-être déjà dans dix ans, peut-être seulement dans 30 ans. Une seule chose semble certaine: ça va arriver ou quelque chose comme ça va arriver. Au moins dans l’hémisphère occidental. Parce qu’ici les jours de la cigarette sont déjà comptés. Les chiffres parlent. Si la part mondiale des fumeurs a diminué d’environ 15% entre 1990 et 2015, de près d’un tiers, elle n’est même que de 7% en Suède. Avec une part de marché de 28%, l’Allemagne ressemble toujours à un refuge de fumeur teutonique en comparaison, mais ici aussi, le nombre de consommateurs de tabac diminue depuis des années. Le déclin est le plus évident chez les adolescents. Entre 2003 et 2006, 21% des onze à 17 ans du pays étaient fans de la clope, contre seulement 7% entre 2014 et 2017.

 

En outre, on peut s’attendre à ce que le mouvement de sevrage européen devienne encore plus radical dans un proche avenir. Grâce au changement de mentalité axé sur la santé et aux puissantes campagnes antitabac, le nombre de renoncements tabagiques devrait augmenter de manière exponentielle. En France, non seulement le pays d’origine des Gitanes, mais aussi des fumeurs de haut niveau existentiels tels que Jean-Paul Sartre et Albert Camus, un million de personnes ont cessé de fumer entre 2016 et 2017 seulement. En bref: à moyen terme, la brume se dissoudra dans l’air.

 

On n’est pas obligé de le regretter tout d’abord. Au contraire, sans le tabagisme, qui cause la mort de 6,4 millions de personnes par an dans le monde, nous vivrons plus longtemps et, du moins sur le plan médical, avec une vie de meilleure qualité. De moins en moins de personnes ont vu leurs proches mourir d’un cancer du poumon ou de languir pendant des années sous BPCO. Surtout que, si on réfléchit froidement, il semble absurde de mettre volontairement un tube de papier brûlant dans sa bouche, libérant 4800 produits chimiques, dont 250 sont toxiques et au moins 90 sont cancérigènes. Tout à fait en dehors des conséquences environnementales. Les statistiques indiquent que près de six milliards de mégot abandonnées chaque année dans le monde génèrent non seulement un cendrier de 750 000 tonnes, mais forment également une sorte de mosaïque mondiale de déchets toxiques dangereux qui contaminent durablement les eaux souterraines et les océans. Le fait que la cigarette s’éteigne est raisonnable d’un point de vue biopolitique et écologique.

 

AÉRATION SOCIETALE

 

Néanmoins, quelque chose sera perdu dans cette aération sociétale. Quelque chose qui a façonné notre réflexion sur plus de 400 ans d’histoire de la culture du tabac occidentale au point de surcharger l’atmosphère. Quelque chose dont la perte est ressentie en toute franchise, et pour laquelle il n’y aura probablement pas de substitut dans la vie quotidienne. Et non, on ne parle pas ici de la soi-disant « liberté ». Outre le fait que le triomphe industriel de masse de la cigarette soit du dans une large mesure à des campagnes publicitaires perfides, sous forme de milliards de dollars, d’un lobby du tabac sans scrupule, qui a à juste titre érigé un mémorial dans des films tels que Thank you for Smoking (Réalisateur: Jason Reitman, 2006): La mentalité des fumeurs épris de liberté de Marlboro-Mann est une demi-vérité dangereuse, tout simplement parce que l’attrait du cigare sur le plan neurologique n’est pas simplement une démarche libérale, mais un acte toxicologique compulsif. Parce que fumer est sans aucun doute un plaisir, mais généralement aussi: une dépendance.

 

Le sentiment de perte à propos de la disparition de la cigarette est donc quelque part ailleurs. Il résulte du fait que fumer était accessoirement et toujours un exercice philosophique à trois volets: un exercice d’égalitarisme et de solidarité. Un exercice de perception du temps et du monde. Un exercice de tolérance à l’ambiguïté. L’effet égalitaire du tabagisme était déjà présent dans la première phase de la culture du tabac en Occident. Au début du XVIe siècle, lorsque la première conquête des conquistadors espagnols atteignit l’Europe, fumer au début du XVIIe siècle devint lentement à la mode dans l’Ancien Monde, pour lequel au début on n’avait pas de mots. « Se saoûler de brume » on disait, un exercice en aucun cas réservé à la classe supérieure. Dans les années 1630, lorsque la consommation de tabac est devenue un sujet de la peinture, les gens de tous les horizons ont vu leurs images affublées de pipes. Nobles, mercenaires, bourgeois et paysans. En conséquence, Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen déclara dans Satyric Pilgram, publié en 1667, que « les personnes de classe haute et basse s’adonnent au tabac », à savoir « la plupart des soldats / tziganes / paysans et mendiants, après la même chose mais aussi des citoyens / artisans / Bâtiments et journaliers « . Au 17ème siècle, fumer était l’une des rares pratiques sociales pratiquées dans toutes les classes.

 

OUTIL DE NIVELLEMENT DE CLASSES ET DE GENRES

 

Et le besoin aristocratique de distinction n’a pas tardé à se faire sentir ici aussi. Tandis que les nobles cultivaient de plus en plus des pipes en porcelaine décorées et se livraient à des mélanges exclusifs de tabac, les agriculteurs devaient se contenter des simples variations d’argile et parfois étirer leur mélange avec des herbes locales. L’effort de différenciation augmenta encore au cours du 18ème siècle. Pour se distinguer de la « puanteur des pauvres », les pipes ont été de plus en plus remplacées dans les fermes européennes par des tabatières au moins aussi élaborées.

 

Cependant, au cours du dix-neuvième siècle, cela a de nouveau conduit à une forme spécifique de solidarité des fumeurs. Lors de la révolution allemande de mars 1848, l’une des principales revendications des masses manifestantes était la levée de l’interdiction de fumer dans les rues et les places publiques. La loi, qui avait déjà été promulguée en 1764 par Frédéric le Grand et reposait alors sur la protection contre les incendies, était non seulement devenue anachronique sur le plan architectural, les bâtiments en bois inflammables ayant disparu des centres-villes, elle était aussi politiquement chargée. Le public en émergence fumeur de cigares qui, au milieu du XIXe siècle, ne constituaient pas encore un signe stéréotypé de propriétaires d’usines à hauts de formes, est désormais considéré comme l’expression des luttes bourgeoises pour la liberté et les machinations révolutionnaires. Parmi les fumeurs de cigares passionnés un certain Karl Marx, excusez du peu. En conséquence, le New Prussian Kreuzzeitung reconnaissait alors dans le cigare un « symbole démocratique du Volksverhetzer » et déclarait: « Avec le cigare dans la bouche, un jeune ose dire des choses qu’il n’oserait pas dire sans cigare ».

 

 

Bien que le printemps démocratique allemand ait été de courte durée à l’époque, il a néanmoins connu un succès décisif. Les autorités ont cédé à la pression de la rue et ont levé l’interdiction de fumer en 1848. Et le tabagisme au XIXe siècle allait devenir un symbole de résistance dans un autre mouvement émancipateur – celui des femmes qui trouvèrent dans George Sand une icône lugubre du féminisme primitif. De cette manière, le tabagisme est devenu l’équivalent de la classe et du genre au plus tard avec la distribution en masse de la cigarette. Les bâtons de papier minces rencontrés par les soldats français et anglais pendant la guerre de Crimée (1853-1856) grâce à leurs alliés turcs, puis répandus dans toute l’Europe, étaient inhalés par des hommes et des femmes, des soldats et des hippies, des ouvriers et des employés.

 

ÉCONOMIE MONDIALE DU CADEAU

 

Depuis lors, l’effet de solidarité du tabagisme ne se manifeste plus uniquement sous la forme de socialisation à bas seuil, grâce à laquelle des amitiés profondes et des histoires d’amour pourraient naître au moyen de la simple question du feu, mais plutôt au cœur d’une économie du don efficace à l’échelle mondiale. Qu’un fumeur quémande une clope à un autre fumeur, il l’obtient généralement. Certes, cette générosité pourrait bien être due à la valeur relativement faible de l’objet. Plus important encore, il repose sur le principe de solidarité: si une personne tombe même en manque de nicotine fumée, elle espère obtenir de l’aide. L’ethnologue David Graeber voit dans la distribution de cigarettes aussi l’expression d’un « communisme élémentaire », c’est-à-dire une forme de solidarité quotidienne qui constitue le fondement de la coexistence humaine. « C’est plus facile », écrit Graeber dans son bestseller « Les dettes » (Klett-Cotta) publiée en 2012, « de demander à un inconnu une cigarette plutôt qu’une somme équivalente d’argent ou de nourriture ». En fait, il est très difficile de refuser la demande de cigarette. une fois que vous avez été reconnu comme fumeur vous-même.  »

 

Mais le tabagisme est dans ces bons moment non seulement une sorte de communisme de la clope, mais – et cela nous amène au deuxième exercice philosophique – même une organisation du temps alternative à l’origine de l’expression « le temps d’une cigarette », une forme d’unité de mesure universelle. Grâce à elle, vous pouviez toujours retarder au matin le moment d’aller travailler le temps de quelques boufféesn pour échapper brièvement au bruit du bureau tourbillonnant ou terminer la journée rituellement avec cette « dernière cigarette », Reinhard Mey immortalisé dans le choeur de sa chanson Bonne nuit mes amis: « Il est Il est temps que j’y aille / Ce que j’ai à dire / Une cigarette qui dure / Et un dernier verre debout.  » En fumer une de plus, cela signifie cultiver son rituel préféré ou prendre des vacances instantanées de cinq minutes qui peuvent briser le rythme de la montre quelques instants.

 

Si les employeurs regardent les pauses cigarettes comme génératrices de coûts et poison de la productivité, des études plus récentes suggèrent le contraire: les fumeurs sont généralement encore plus productifs. Pas à cause de la dose de nicotine administrée, mais parce qu’ils font plus souvent que leurs collègues de petites pauses relaxantes. En conséquence, les économistes commencent maintenant à comprendre comment convaincre leurs employés d’utiliser des équivalents sans tabac calqués sur la pause du fumeur pour obtenir la quantité de repos appropriée. Ce n’est pas si facile. Entre-temps, peu iront sur la terrasse avec leurs collègues pour mâcher du chewing-gum ou des carottes à grignoter.

 

LA FORME LA PLUS CONCENTRÉE DE CONTEMPLATION INTÉRIEURE

 

D’autant que la cigarette ne fait pas que remplacer l’horloge, mais peut aussi la mettre complètement silencieuse un instant. Comme l’a noté Jean-Paul Sartre, c’est aussi un moyen d’appropriation mondiale. « Tout événement inattendu », écrivait le penseur français dans son ouvrage principal, « L’être et le néant », qui me tomba sur les yeux, était, pensais-je, fondamentalement appauvri dès que je ne pouvais plus le rencontrer en fumant. Absorber les choses en fumant : cette qualité concrète s’était répandue universellement sur les choses.  » Et quiconque a déjà fumé sait trop bien que des images, de la musique ou des sentiments peuvent rester gravés dans sa mémoire lors du tabagisme contemplatif, peut-être la forme de contemplation intérieure la plus concentrée, bien plus efficace que le seul apport d’air frais.

 

« Cela signifie », écrit Sartre, « que la réaction de l’appropriation destructive du tabac représentait symboliquement une destruction appropriée du monde entier ». Le monde entier, je fumais, fumais, m’évaporais de vapeur, pour lui permettre d’entrer en moi.  » Dans ce contexte, la magie de la cigarette « après » apparaît enfin. Elle ne laisse pas simplement l’extase s’envoler, elle la réapproprie par petits bouffées de fumée pour la stocker physiquement.

 

Enfin, nous arrivons au troisième exercice. Le tabagisme communique également la compétence apportée par l’érudit islamique Thomas Bauer dans son récent ouvrage L’unification du monde (Reclam, 2018) sur le concept de tolérance à l’ambiguïté. Il décrit la capacité à supporter les formes culturelles d’imprécision et d’ambiguïté et donc à faire face au fait que les symboles et les circonstances peuvent faire l’objet de multiples interprétations. Au cours de la polarisation sociale, Bauer constate une perte flagrante de cette capacité à faire face à l’ambiguïté, car la pensée en silos, le fanatisme politique et l’homogénéisation culturelle ont de plus en plus incité à la désambiguïté.

 

Bien que le livre de Bauer se concentre davantage sur les débats sur le foulard ou l’engagement politique, l’histoire culturelle du tabac peut facilement être comprise comme un long exercice de tolérance à l’ambiguïté. Depuis ses origines occidentales du XVIe siècle jusqu’à nos jours, le tabagisme incarne à la fois la thèse et l’antithèse. Il s’agit d’une image basculante entre le paradis et l’enfer. Ainsi, après avoir atteint l’Europe, le tabac était considéré comme tout à fait diabolique. Et non seulement parce que l’herbe provenait du peuple autochtone païen indigène d’Amérique, mais aussi parce que la fumée qui tourbillonnait de la bouche et du nez rappelait les volutes de l’enfer. Quand Rodrigo de Jerez, qui voyagea dans le Nouveau Monde avec Christophe Colomb comme navigateur en 1492 et qui était largement considéré comme le premier fumeur européen, se fraya un chemin à son retour dans sa ville natale andalouse, il fut considéré comme possédé par le diable, ce qui lui valut l’inquisition et la condamnation à sept ans de prison. Cette connotation diabolique ne s’est jamais débarrassée du tabagisme, elle est toujours considérée comme une pollution de l’air, sale, sale et doit servir d’accessoire de reconnaissance cinématographique pour les personnages méchants.

 

RECONNAÎTRE LE « SAINT CRADO »

 

Contrairement à cette lecture diabolique, cependant, fumer était aussi toujours quelque chose de divin, quelque chose qui n’était pas simplement l’incarnation de l’Ange Bleu par Marlene Dietrich, l’une des plus grandes icônes du tabagisme du XXe siècle. Car la cigarette, que même les non-fumeurs militants doivent admettre, a souvent contribué à renforcer la beauté dans l’histoire culturelle. Humphrey Bogart ou Lauren Bacall, James Dean ou Marlene Dietrich, Steve McQueen ou Claudia Cardinale: Ici, la cigarette n’était pas considérée comme une substance provoquant une dépendance, mais servait d’ajout esthétique à l’érotisme et à l’élégance, au lascif et à la nonchalance.

 

C’est fumer lui-même, ce qui a une profonde ambiguïté – et donne une aura à ceux qui le pratiquent habilement. La fumée d’une cigarette est la peste – et en même temps la plus belle métaphysique. Pour reprendre une expression du philosophe autrichien Robert Pfaller: fumer est le « saint crado ». Dans les bons moments, vous pouvez vous sentir comme un jeune dieu grâce à une cigarette. Par mauvais temps, vous vous sentirez le lendemain d’une nuit enfumée, comme un vieil homme. La cigarette peut représenter un plaisir assuré, mais aussi une autodestruction nihiliste, qui crée une atmosphère sociable, mais aussi une attaque olfactive de l’environnement. Fumer, cela signifie toujours reconnaître que le beau et le laid, le plaisir et le douloureux sont proches les uns des autres, en fait, même une seule et même chose.

 

Mais tout ça ne sert plus à rien. Le temps de la clope est à sa fib. Gardons-le dans une mémoire ambiguë. Fumer était non seulement une inhalation toxique, mais aussi une respiration philosophique profonde. Allez, une dernière cigarette.

 

Cet article a été publié pour la première fois dans « Philosophy Magazine » n ° 02/2019

Par Nils Markwardt

11 février 2019, 20h44 Publié dans Philosophy Magazine

Cet article est tiré du « Philosophy Magazine » n ° 02/2019. © Philosophie Magazine

À lire aussi