L'inquiétante mode du gaz hilarant chez les jeunes.

Interview du Pr Amine Benyamina sur RMC.

Autres drogues
Addiction Autres drogues - L'inquiétante mode du gaz hilarant chez les jeunes.

Il n’est pas rare de voir à certains endroits en France, ville et villages confondus, des petites cartouches ovales jucher le sol. Il s’agit de cartouches de protoxyde d’azote (autrement appelé « gaz hilarant ») et généralement utilisé en cuisine ou dans la construction automobile.

Cependant son usage est détourné à des fins récréatives notamment chez les jeunes. Ces derniers remplissent des ballons de baudruche avec ces fameuses cartouches de gaz et inhale ensuite le ballon pour ressentir un bref instant d’ivresse qui provoque de courts fous-rires. Ce phénomène n’est pas nouveau puisque déjà au 19e siècle, des britanniques huppés organisaient des « gas party » où ils consommaient du protoxyde d’azote à des fins récréatives.

Dans l’interview « Découverte » de Jean-Jacques Bourdin donné pour RMC, le professeur Amine Benyamina insiste sur la gravité de cette pratique qui se généralise chez les plus jeunes parfois dès le collège. Son accès facile en grande surface et son coût très faible en font un produit très prisé et les adolescents qui l’utilisent n’ont souvent pas conscience des dangers qu’il représente.

Le Professeur Benyamina insiste pourtant sur les dangers liés au gaz hilarant : troubles psychiques notamment des troubles de l’humeur et neurologiques : épilepsie, problèmes cardiaque et même parfois la mort pour certains.

Mais que faut-il faire pour essayer d’endiguer cette pratique ? Selon le Professeur Benyamina, le mieux est d’en parler afin de sensibiliser les parents et d’attirer l’attention sur les risques de ce produit.

Écouter l’interview en cliquant sur « en savoir plus »

En savoir plus

À lire aussi