Portail Milieu Professionnel

Overdose Day : Pour un accès effectif à la Naloxone pour toutes et tous !

Les opioïdes sont aujourd’hui une préoccupation sanitaire mondiale : notamment aux Etats-Unis où la proportion de morts par an liée aux surdoses d’opioïdes a devancé celle liée aux armes à feu. On dénombre près de 47000 morts liés aux opioïdes sur le territoire américain.

Autres drogues
Addiction Autres drogues - Overdose Day : Pour un accès effectif à la Naloxone pour toutes et tous !

Etat des lieux

Cette hausse spectaculaire est directement liée à l’explosion des prescriptions d’antalgiques opioïdes par les médecins américains : de nombreux patients ayant reçu un traitement opioïde finissent par ne plus décrocher et se reportent vers d’autres opiacés (souvent illicites) lorsque la prescription se termine (héroïne, Fentanyl…).

La situation en France n’est pas aussi critique mais de nombreux indicateurs soulèvent une certaine inquiétude et doivent amener à une action forte de tous ceux concernés : pouvoirs publics, professionnels, patients et proches. C’est l’objectif de la conférence de presse du 2 septembre : Renforcer la mobilisation.

On dénombre environ 400 décès liés aux opiacés en France en 2017 :
100 sont liés à l’héroïne, 200 aux traitements de substitution (méthadone principalement et Buprénorphine) et 100 à des antalgiques opioïdes (morphine, Tramadol, fentanyl, codeine…).

Comment endiguer ce problème ?

Il faut tout d’abord préciser qu’il convient de maintenir ce qui existe déjà en termes de politique de réduction des risques et des dommages et de garantir un accès facile aux traitements de substitution qui sont la meilleure prévention des overdoses. Par ailleurs, il faut évidemment aussi conserver un accès facile mais encadré aux traitements de la douleur.

Quelles sont les actions des pouvoirs publics en la matière ?

La feuille de route du ministère, parue à la fin du Mois de Juillet, prévoit 5 objectifs parmi lesquels une diffusion large de la Naloxone et une meilleure implication des usagers et de leur entourage. Ces objectifs sont pertinents mais pour l’instant leur déclinaison pratique laisse très largement à désirer : l’accès réel à la Naloxone est très largement insuffisant et l’information et la mobilisation des médecins, des pharmaciens mais aussi des patients et de leurs proches restent balbutiantes.

Il existe un antidote, la Naloxone, que l’on peut utiliser sous deux formes : 

Le Prenoxad : en intramusculaire, théoriquement disponible en pharmacie mais quasi impossible à trouver, souvent inconnu du pharmacien, non référencé par les grossistes. Un testing effectué par des patients dans les grandes villes a montré qu’il fallait faire au moins 40 pharmacies pour en trouver une (1/200 à l’échelle de la France entière).

Le Nalscue en spray nasal : il est  réservé aux services spécialisés et d’urgence mais en pratique il est très peu distribué aux usagers et l’arrêt de sa commercialisation, faute d’accord sur le prix, est prévu en 2020. Ceci est inacceptable : la facilité d’usage du Nalscue rend ce produit indispensable.

Une comparaison des bénéfices et des risques entre les deux formes a été effectuée par le CEIP

La sensibilisation à la Naloxone est indispensable !

Dans le cas d’une overdose, la rapidité d’action est le facteur déterminant qui va permettre de sauver l’usager : les premiers à assister à l’overdose sont les proches ou les secours/la police. De plus, le consommateur sens le plus souvent venir l’overdose et peut lui-même agir rapidement.

Il est donc essentiel de sensibiliser usagers, proches et acteurs de premiers secours à l’utilisation de la Naloxone pour pouvoir sauver un maximum de vies. Ces acteurs demandent en particulier la mise à disposition du spray nasal.

Pour permettre cela, une large diffusion auprès de tous des informations liées à la Naloxone est impérative. Il est important de sortir des idées reçues : il n’y a pas que les héroïnomanes qui peuvent être victimes d’overdoses. Les patients sous TSO et ayant des prescriptions d’opioïdes antidouleurs sont aussi exposés. Il faut donc une information claire et non-stigmatisante sur les signes du surdosage comme cette campagne canadienne diffusée dans le métro (image ci-contre) ainsi que sur les modalités d’utilisation des différentes formes de Naloxone.

C’est dans cet esprit que le collectif rassemblé par France Patients Experts Addiction demande conjointement l’application de 12 propositions concrètes pour lutter contre ce problème.

Pour plus d’information sur la disponibilité Naloxone, vous pouvez consulter l’enquête « Diffusion de la Naloxone en France » de Béchir Bouderbala, Julia Monge et Bastien Reyne.

À lire aussi