» retour

DROGUES / Le coup d’arrêt de la politique mondiale de réduction des risques

En ouverture, Marie Nougier de l’IDPC, dont AIDES est membre, ainsi que Cinzia Brentani de l’Harm Reduction International ont proposé « un regard critique sur la cohérence et l’évolution des politiques sanitaires, sociales, économiques et sur les droits de l’homme en lien avec la réduction des risques ». Cinzia Brentani a présenté les données du dernier rapport de HRI sur la situation de la réduction des risques dans le monde, datant de novembre 2016. La seule publication indépendante et produite en stricte collaboration avec la société civile propose une évaluation globale de la réponse aux épidémies, liées à la consommation des drogues dans le monde.

90 pays ont au moins un programme d’échange de seringues (dont seulement huit pour les prisons et la France n’en fait pas partie). Par ailleurs, 80 pays proposent des traitements de substitution (dont 43 le font dans les prisons, dont la France). En revanche, seulement 15 pays ont une proposition en réduction des risques à large échelle, couvrant quasiment l’ensemble du pays et 26 pays en ce qui concerne l’accès aux traitements de substitution.

Bien entendu c’est largement insuffisant au regard de l’ampleur du phénomène. L’ONUSIDA estime qu’il y a 11,7 millions d’usagers de drogues par voie injectable dans le monde et des Etats comme la Russie ne proposent rien en matière de prévention, voire organisent la persécution des usagers de drogues.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

MDMA / LA MDMA, UNE MOLÉCULE EN ECSTA DE GRÂCE

Très en vogue dans les années 90 auprès des clubbeurs avant d’être boudée par les consommateurs, la «drogue de l’amour» jouit d’un regain d’intérêt sous forme synthétique. Et se répand désormais au-delà du milieu des teufeurs, principalement chez les jeunes. La MDMA s’ingère sous forme de pilule, de cristal ou de poudre amère enrobée dans des «parachutes» fabriqués avec du papier à cigarettes.


Le 13 Jan 17