» retour

ADDICTION / Les rescapés de la drogue : pourquoi, comment, cesse t’on un jour de se droguer ?

Johny : « C’est un combat à vie »

Johny est tombé dans l’enfer de la dépendance à 16 ans. « J’étais naïf. J’ai pris de l’opium comme booster sexuel : je sortais avec une femme plus âgée que moi. » Puis, il passera à la cocaïne et autres substances plus fortes. « Pour me sortir de cet environnement, mon père m’a envoyé en Angleterre », dit-il.

Johny n’entreprendra ni cure ni études : il s’enfuit de la maison de ses proches, erre dans les rue de Londres, dort dans les cimetières. Il vivra huit ans sans papier jusqu’à ce que la police l’attrape pour vol de voiture. Expulsé, il rentre à Maurice, abandonnant sa compagne, toxico et prostituée, mère de ses deux enfants. « J’ai mené une vie de débauche en Angleterre. Un médecin m’a diagnostiqué une hépatite C :  « Vous ne vivrez pas au-delà de 40 ans ». Je me suis dit : « pou ale mort même la, diverti… »

Rechute

À 42 ans, Johny réalise qu’il peut encore vivre. Après trois cures et trois rechutes à Maurice, il remet le cap sur l’Angleterre où il adhère au traitement à la méthadone par comprimés. De retour à Maurice, il fait une rechute : il refuse le programme de substitution sous forme de sirop. Quelque temps après, la mère de Johny est diagnostiquée d’un cancer. Il n’y a personne pour prendre soin d’elle. Johny décide de se reprendre en main pour s’occuper de sa maman. « J’ai accepté le traitement à la méthadone. Ma mère ne m’a jamais laissé tomber. Elle m’a toujours visité en prison, j’y ai été à quatre reprises. Je me suis dit que si elle part, plus personne ne me soutiendra. Je me retrouverai seul. De là, j’ai puisé la force de m’en sortir, pour m’occuper d’elle ».

Après 38 ans de dépendance, Johny, âgé de 55 ans, est clean depuis six ans. Toujours sous traitement, il est soutenu dans ce combat par le mouvement Aide, Infos, Liberté, Espoir et Solidarité (A.I.L.E.S). Il en est un pair éducateur et aide désormais les autres à s’en sortir.

« Je suis fier de ce que j’ai accompli. Aujourd’hui, je me sens important, j’ai un rôle à jouer auprès des victimes de la drogue. J’aime ma vie et la drogue ne me tente plus. Je retrouve mes amis en discothèque. Je m’amuse sans alcool et sans drogue. Mais nul n’est à l’abri d’une rechute. Il faut une raison de s’accrocher. Ma raison à moi, c’est ma mère. »

Pour voir les autres témoignages, cliquez sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

Usagers de drogues pratiquant l’injection intraveineuse – Estimation 2014 en France métropolitaine

Cette note propose d’estimer le nombre d’usagers de drogues pratiquant l’injection intraveineuse en France, une conduite dont l’ampleur demeure mal connue. En appliquant une méthode de type capture-recapture aux données recueillies auprès des structures spécialisées dans la prise en charge des addictions à travers le dispositif RECAP (Recueil commun sur les addictions et les prises en charge), l’analyse d’Eric Janssen fournit un ordre de grandeur concernant cette pratique.


Le 16 Déc 16
Fédération Addiction
Actualité

Prévention des addictions : établir les liens entre consommation de psychotropes et situations de travail

Si l'alcool, les drogues et autres psychotropes ne sont plus des sujets tabous, en revanche, leur utilisation en entreprise est longtemps restée un secret bien gardé. Ces pratiques sont appelées à être mises au grand jour. Le plan santé au travail 2016-2020 veut inciter les entreprises à mieux les prendre en compte et à identifier les situations de travail qui les favorisent. De quoi déculpabiliser les salariés mais aussi améliorer les conditions de travail.


Le 30 Juin 17
ANPAA