» retour

DROGUES / Faut-il imposer des contrôles anti-dopage pour les concours des grandes écoles ?

On les appelle les « smart drugs ». Ce sont des produits pour rendre son cerveau plus « intelligent ». Certains étudiants en font l’usage pour passer des examens ou des concours en fin d’année. Le problème prend de l’ampleur. Au point de s’interroger : va-t-il falloir faire passer des tests anti-dopage lors des concours des grandes écoles, à l’entrée des écoles de commerce ou dans les facs de droit ? Le phénomène des médicaments pour rendre son cerveau plus « smart » est devenu « préoccupant », dit la Mission interministérielle de lutte contre les drogues.

Une première grande étude sanitaire a donc été lancée. Quelque 30.000 étudiants en France, toutes filières confondues, vont être interrogés pendant deux ans afin de déterminer l’ampleur du problème, qui est favorisé par l’accès aux produits sur Internet. Des pilules, que refuse de prescrire un médecin, peuvent être livrées à domicile pour une poignée d’euros.

Pour voir le reste de l’article et la vidéo sur le sujet, cliquez sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

OPIOÏDES / Prise en charge des troubles de consommation en première ligne Abstinence, méthadone ou buprénorphine-naloxone?

Par habitant, le Canada s’est hissé au premier rang des pays qui comptent le plus d’usagers d’opioïdes sur ordonnance1 dans le monde, et les taux correspondants de toxicomanie et de surdose sont aussi élevés2–4. En 2010, en Ontario, 510 personnes ont succombé à une surdose liée aux opioïdes, ce qui en fait la cause la plus fréquente de décès chez les jeunes adultes5. La plupart des cas de surdose mortelle en Ontario avaient reçu une ordonnance d’opioïde dans les 3 semaines précédentes6, et beaucoup, sinon la plupart, des médecins de famille canadiens comptent dans leur pratique des patients dépendants des opioïdes.


Le 15 Mar 17