Portail Milieu Professionnel

MDMA / LA MDMA, UNE MOLÉCULE EN ECSTA DE GRÂCE

Très en vogue dans les années 90 auprès des clubbeurs avant d’être boudée par les consommateurs, la «drogue de l’amour» jouit d’un regain d’intérêt sous forme synthétique. Et se répand désormais au-delà du milieu des teufeurs, principalement chez les jeunes. La MDMA s’ingère sous forme de pilule, de cristal ou de poudre amère enrobée dans des «parachutes» fabriqués avec du papier à cigarettes.

Autres drogues
Addiction Autres drogues - MDMA / LA MDMA, UNE MOLÉCULE EN ECSTA DE GRÂCE

Souriez, vous êtes sous «MD». Sous l’emprise de la «drogue de l’amour», vous ressentirez sans doute le besoin impérieux de palper l’un de vos congénères en pleines génuflexions sur la piste de danse – oui, même s’il sent le poney et ressemble à un ficus. Une utilisatrice occasionnelle confirme avoir recours à ce psychotrope stimulant pour rouler des pelles, tandis qu’une autre en ingurgite parfois «pour faire l’amour, car les corps sont plus présents» – une pratique baptisée «chemsex». «C’est une drogue qui n’apparaît souvent pas comme une drogue. Elle a une dimension festive et ludique, avec des comprimés qui peuvent être en 3D», résume Michel Gandilhon, chargé d’études à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Composante de l’ecstasy, la MDMA (méthylènedioxyméthamphétamine) qui fait son grand retour en France est une molécule de la famille des amphétamines. Elle s’ingère généralement sous forme de pilule, cristal ou poudre amère, par exemple en «parachute», dans une feuille à rouler du tabac qui se dissout dans l’estomac. Le produit n’est pas nouveau et connut son heure de gloire dans les années 90, en plein âge d’or du clubbing techno. Sa popularité a décliné suite à des saisies au Cambodge, où l’on confectionne l’un de ses éléments, l’huile essentielle de sassafras (ou safrole). Après avoir été trop coupé au goût des consommateurs, ce produit psychoactif revient ces jours-ci sous forme synthétique. Un «ecsta nouvelle génération» et fortement dosé, indique l’OFDT dans son ouvrage paru en décembre, «Jeunes et addictions».

En savoir plus

À lire aussi