TABAC / Et si l’on remplaçait la nicotine par des noix d'arec ?

Tabac / 29 mars 2017

Tabac

noix d'arec

 

L’arécoline plutôt que la varénicline : au centre de ces travaux, ce dérivé, l’arécoline, l’un des alcaloïdes psychoactifs de la noix d’arec, qui se présente comme une solution naturelle, efficace et prometteuse contre la dépendance au tabac ; une nouvelle molécule qui pourrait, mais sans effets indésirables, constituer une alternative aux médicaments de sevrage existants comme Chanpix® (varénicline). Si ces médicaments pour cesser de fumer peuvent aider certains patients à arrêter, ils entraînent des effets secondaires nocifs. De nombreuses études ont ainsi documenté les pensées suicidaires, les troubles du sommeil et le somnambulisme, et les troubles cardiovasculaires associés à la varénicline.

 

Quel processus ? La varénicline réduit le « craving » à la nicotine en se liant aux mêmes récepteurs qui attachent des molécules de nicotine aux cellules du cerveau. Ses effets indésirables surviennent lorsque la molécule se lie également à d’autres récepteurs de nicotine non impliqués dans la dépendance. L’arécoline a l’avantage d’être plus spécifique : elle ne cible pas d’autres récepteurs et apporte ainsi plus de sécurité.

 

copyright©2017 AlliedhealtH www.santelog.com.

Voir l’article sur Santelog en cliquant sur “Consulter en ligne”

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Tabac

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir