Tabac à rouler, tabac à pipe et cigarettes manufacturées, même combat ?

Tabac / 25 avril 2018

Tabac
Addiction Tabac - Tabac à rouler, tabac à pipe et cigarettes manufacturées, même combat ?

La prévalence du tabagisme est élevée dans de nombreux pays dans le monde. Un certain nombre de stratégies de prévention et de réglementation de l’usage du tabac passent par l’élévation des taxes sur les cigarettes, en particulier pour empêcher le début des consommations chez les sujets jeunes. Les fortes hausses de prix (>10%) ont démontrées leur efficacité pour réduire la consommation globale de cigarette de 3 à 5%. Pour contourner le surcout des cigarettes manufacturées, les usagers sensibles au prix se sont tournés vers des marques moins onéreuses ou vers d’autres formes de tabac vendues moins chères. Un des exemples frappant de transfert de produit, en particulier aux états unis, a été la diminution de l’utilisation du tabac à rouler classique vers le tabac à pipe qui bénéficie d’une taxation moins lourde.

 

Ces mesures ont été associé aux États-Unis à une taxation plus importante au niveau des points de vente qui proposaient des machines à rouler le tabac ce qui en a limité l’accessibilité. Les usagers se sont donc tournés la aussi vers d’autres solutions et ont investi dans leur propre matériel en utilisant indifféremment du tabac à rouler classique ou du tabac à pipe. L’usage d’une machine à rouler n’est pas anodin, ce type de cigarette contient en effet 60% plus de tabac que celles roulées à la main. Ce nouveau mode d’utilisation rapidement croissant est une préoccupation de santé publique car on connait peu les effets à long termes de cet usage. Cette étude a donc évalué les caractéristiques de ces consommateurs, et les niveaux de dépendance et d’exposition à la nicotine.

 

Dans cette étude, les auteurs ont retrouvé que par rapport aux fumeurs de cigarettes manufacturés, les fumeurs de roulés à base de tabac à pipe étaient plus âgés, avaient de niveaux de revenus et de scolarité beaucoup plus faible, et étaient moins susceptibles d’occuper un emploi à temps plein. Ils consommaient également plus de cigarette par jour en moyenne (21 vs 15), et avaient des scores de Fagerström plus élevé. Les principales raisons motivant le choix de ce type de produit étaient le faible cout, et la croyance d’une plus faible nocivité de ce type de produit. Enfin, les cigarettes à rouler contenaient plus de tabac en poids que les cigarettes manufacturées.

 

Ils concluent donc que ce type d’utilisation de tabac, moins cher que les cigarettes industrielles, peut présenter un risque d’abus plus important, et qu’il pourrait favoriser la poursuite d’un niveau de consommation important de tabac grâce à son prix plus abordable. Il est très intéressant d’avoir ces données car l’augmentation de la taxation du tabac est une voie privilégiée en France pour la lutte contre le tabagisme. Il conviendra donc d’être vigilant à ces différences de taxation entre les formes diverses d’un même produit pour éviter ce type de phénomène que l’on observe actuellement par exemple avec l’alcool entre le vin et les autres formes de boisson alcoolisées.

Par Julien Cabé

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Tabac

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir