» retour

TABAC / « Je ne fume plus ! », un groupe facebook pour arrêter de fumer

 

 

 

 

 

 

 

 

Véritable exemple de l’entraide que peuvent encourager les médias sociaux, le groupe « Je ne fume plus ! » rassemble aujourd’hui près de 9000 fumeurs et ex-fumeurs qui se serrent les coudes pour préserver leurs poumons.

L’intérêt premier de ce groupe c’est de décomplexer la parole en accueillant les « défumeurs » dans un lieu de discussion privé où chacun peut parler de son vécu avec le tabac, de ses difficultés et de ses victoire qu’il a réussi à prendre sur le tabac (arrêt total, baisse de consommation, avec substituts, patch, vape,pastille, spray ou sans substituts). On y retrouve des conseils et des témoignages mais aussi des échanges plus légers comme des blagues ou des gifs humoristiques, preuve que de vraies relations se nouent entre les membres, renforçant d’autant plus leur solidarité.

Il existe un système de badge que l’on attribue aux membres de la communauté pour récompenser les étapes de défume. Chaque jour, le groupe rassemble 500 à 900 membres actifs au quotidien, 2500 à 3000 membres actifs chaque mois. C’est autant de commentaires que de réactions. Sur le mur de « Je ne fume plus! », la défume passe par les mots : 1000 à 2000 commentaires chaque jour !

Je ne fume plus !, ce sont des équipes de bénévoles qui répondent aux membres, soutiennent, aident et conseillent. Plus de 50 personnes qui prennent du temps pour aider les autres dans la bonne humeur. On retrouve des professionnels de santé (psychologue, médecin, infirmière) ou des ex-fumeurs expérimentés qui donnent conseils avisés et encouragements aux fumeurs désirant arrêter.

N’hésitez plus, si vous souhaitez le soutien d’une communauté chaleureuse drôle et à l’écoute. Inscrivez-vous sur le groupe « Je ne fume plus! » via le bouton « Consulter en ligne « 

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Rôle de l’hypexcitabilité amygadalienne dans l’addiction : une revue de Translationnal Psychiatry

L’amygdale intègre et traite des informations relatives à la récompense et aux émotions telles que la peur et l’anxiété permettant la survie en avertissant en cas de danger potentiel. L’amygadale baso-latérale (ABL) communique avec les régions cérébrales qui affectent la cognition, la motivation et la réponse au stress, notamment le cortex préfrontal, l’hippocampe, le noyau accumbens, et les régions cérébrales postérieures.


Le 02 Oct 17