Tabagisme passif : encore trop de personnes concernées sur leur lieu de travail ou à domicile

Tabac
Addiction Tabac - Tabagisme passif : encore trop de personnes concernées sur leur lieu de travail ou à domicile

De nouvelles données du Baromètre de Santé publique France publiées aujourd’hui, montrent que l’exposition des Français à la fumée des autres diminue au domicile mais qu’elle reste stable sur le lieu de travail, alors même que la réglementation l’interdit. Dans ce contexte, Santé publique France lance une campagne pour promouvoir le dispositif d’aide à distance Tabac info service auprès du grand public et sur les lieux de travail.

A l’intérieur du lieu de travail, l’exposition varie selon la catégorie socio-professionnelle

Malgré la réglementation adoptée en 2007, encore 15,7 % des personnes âgées de 18 à 64 ans exerçant une activité professionnelle déclarent en 2017 avoir été exposées à la fumée de tabac des autres au cours des 30 derniers jours à l’intérieur des locaux sur leur lieu de travail.
Pour cette exposition à l’intérieur du lieu du travail, les inégalités sociales sont marquées : les ouvriers sont quatre fois plus nombreux (27,4 %) que les cadres et professions intellectuelles supérieures (6,4 %) à déclarer y être exposés.

A l’intérieur du domicile, le tabagisme diminue mais reste fréquent

La présence de quelqu’un fumant à l’intérieur du domicile diminue significativement entre 2014 et 2018, quel que soit le statut tabagique de la personne interrogée et quelle que soit la fréquence de ce tabagisme. Le tabagisme au domicile diminue ainsi significativement de 27,5 % en 2014 à 17,6 % en 2018, qu’il soit observé régulièrement (de 19,4 % à 12,5 %) ou de temps en temps (de 8,1 % à 5,1 %).

Cette baisse est particulièrement marquée parmi :

  • les fumeurs quotidiens : la fréquence du tabagisme au domicile a diminué de 14 points (de 52 % en 2014 à 37,9 % en 2018)
  • les fumeurs vivant dans un foyer avec un enfant : la fréquence du tabagisme au domicile a été divisée par deux entre 2014 et 2018, passant de 31,6 % à 14,4 % en présence d’un enfant de moins 4 ans.
Ces nouvelles données soulignent la nécessité de continuer nos efforts de dénormalisation du tabac afin de limiter le tabagisme passif, à domicile comme sur le lieu du travail

Viet Nguyen Thanh, responsable de l’unité addictions à Santé publique France

La part de personnes déclarant un usage de tabac à l’intérieur du domicile reste cependant élevée pour les gros fumeurs, et n’est pas négligeable pour les foyers avec des enfants.

Voir la suite de l’article sur le site de Santé Publique France

En savoir plus

À lire aussi