» retour

Vulnérabilité à l’addiction : une mauvaise production des nouveaux neurones en cause

Dans le cerveau, l’hippocampe est l’un des centres de la mémoire. Il comprend le gyrus dentelé, qui présente la particularité de produire de nouveaux neurones (neurogenèse) chez l’adulte. Une neurogenèse anormale est corrélée à de nombreux désordres neuropsychiatriques comme des troubles de la mémoire ou de l’humeur.

Bien qu’une relation entre neurogenèse erratique et addiction à la drogue ait déjà été soupçonnée, jusqu’à aujourd’hui aucune preuve scientifique concrète ne venait étayer cette hypothèse. Les équipes de recherche Inserm de Nora Abrous et de Pier-Vicenzo Piazza, du Neurocentre Magendie (Unité 1215) de l’Université de Bordeaux, se sont penchées sur le rôle de la neurogenèse dans la dépendance à la cocaïne.

Deux groupes de souris ont été comparés : un groupe sain et un groupe génétiquement modifié pour que la neurogenèse au niveau de l’hippocampe soit moindre. Les souris ont été entraînées à s’auto-administrer de la cocaïne en introduisant leur nez dans un trou, déclenchant ainsi la diffusion par voie intraveineuse de cocaïne dans leur sang. Le nombre d’actions à fournir pour obtenir une quantité similaire de drogue a ensuite été progressivement augmenté. Les chercheurs ont constaté que les souris transgéniques montraient une plus grande motivation (mesurée en nombre d’actions dans les trous) à « travailler » pour obtenir de la cocaïne.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Chez nos patients addicts, il faut faire attention aux troubles de l’attention

Dans la littérature, on retrouve que les patients atteints d’un trouble déficit de l’attention / Hyperactivité (TDAH) sont surreprésentés parmi ceux présentant un trouble d’usage de substances psychoactives (TUS) en demande de soin. Une étude internationale retrouvait un taux de TDAH compris entre 5 et 31% selon le pays dans cette population, tandis qu’en population général la prévalence du TDAH est plutôt autour de 2,4 à 4% chez l’adulte.


Le 02 Fév 18