Autres drogues - Les complications de la cocaïne

Complications physiques :

Cardiovasculaire : trouble du rythme cardiaque, dysfonction ventriculaire gauche, altérations des capacités d’attention, atrophies des régions préfrontales et temporales, bronchospasme, syndrome respiratoire aigu, lesion du palais/cloison nasale, Infections (VIH, VHB,VHC), risque d’AVC.

Complications somatiques : La cocaïne entraîne des risque d’infarctus notamment parce qu’elle augmente la consommation du myocarde en oxygène. La cocaïne peut induire des insuffisances cardiaques variées (œdème aigu du poumon, hypertrophie du ventricule gauche, trouble du rythme cardiaque).

Complications neurologiques : La cocaïne est à l’origine de crise convulsive, elles sont assez fréquente, on peut aussi observer des hémorragies cérébrales ou méningées. La consommation chronique de cocaïne peut aussi entraîner d’une atrophie cérébrale.

Complication fœtus/nouveau-né : La cocaïne peut être responsable de malformations des membres, génito-urinaire, cardiovasculaire, et neurologiques. Les décès in-utero sont également fréquents, par intoxication massive ou malformation cardiaque létale. Les nouveaux nés issues de mères toxicomanes sont souvent prématuré et de faible poids à la naissance. Des professionnels ont diagnostiqués une plus grande « excitabilité » aux enfants ayant consommé de la cocaïne in utero.

Complications psychiatriques :

Episode et trouble dépressif caractérisé ; tentatives de suicide ; épisodes délirants aigus induits (pharmacopsychose) ; attaques de panique induites ;  paranoïa induite par la cocaïne ;  syndrome de recherche compulsive de crack (recherche compulsive de cristaux). Il existe une psychose cocaïnique qui peuvent se dinstinguer selon 3 comportements :

Idée de jalousie/grandeur, Angoisses paranoïdes qui s’accompagnent d’hallucinations tactile (sensation de froid, picotements…) et hallucinations visuelles. La présence de ces comportements psychotiques est fortement influencée par la quantité consommée durant l’année ainsi que le mode d’administration (nasale, fumée ou intra-veineuse).

Si vous souhaitez avoir accès à des connaissances plus scientifiques sur le sujet, cliquez sur En savoir plus 

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir