Buprénorphine sublingual et problèmes dentaires ?

Addiction  - Buprénorphine sublingual et problèmes dentaires ?

Introduction :

Il y a un an, la FDA, l’agence américaine des médicaments (l’équivalent de notre ANSM en France) a émis une alerte sur les problèmes dentaires en lien avec la prise sublinguale de buprénorphine.

Alerte disponible ici : https://www.fda.gov/drugs/drug-safety-and-availability/fda-warns-about-dental-problems-buprenorphine-medicines-dissolved-mouth-treat-opioid-use-disorder

Par problème dentaire, on entend les caries, les cavités, les infections buccales et la perte de dents qui peuvent être graves et qui ont été signalés même chez des patients n’ayant pas d’antécédents dentaires.

Cette alerte est basée sur 305 notifications faites à la FDA dont 131 cas sérieux. Compte tenu du nombre de patients sous buprénorphine sublinguale, cet évènement indésirable reste rare malgré une sous notification très probable. La FDA conclut toutefois que malgré ces risques, la buprénorphine est une option de traitement importante pour le trouble de l’usage des opioïdes et la douleur, et que les avantages de ces médicaments l’emportent clairement sur les risques.

A partir de cette alerte, les auteurs nord-américains ont voulu connaitre l’impact de la forme comprimé sublingual de buprénorphine versus celle administrée par une voie transdermique (non disponible ne France) et un autre médicament opioïdergique : la naltrexone (indiquée dans l’alcool comme en France mais également dans le trouble d’usage des opioïdes, ce qui n’est pas le cas en France).

A noter que les opioïdes entrainent une hyposialie qui favorise les problèmes dentaires, mais cette étude compare l’effet de la forme galénique.

Résultats :

En étudiant plus de 21 000 patients sous buprénorphine sublingual, ainsi que plus de 5 000 sous forme transdermique et plus de 6 000 sous naltrexone, les incidences des troubles dentaires étaient de :

  • 21,6 pour 1 000 patients-année avec la forme sublinguale
  • 12,2 avec la forme transdermique
  • 10,9 avec la naltrexone.

Si on ne regarde que les caries, nous retrouvons :

  • 8,2 pour 1 000 patients-année avec la forme sublinguale
  • 3,5 avec la forme transdermique
  • 3,8 avec la naltrexone.

Discussion/Conclusion :

Cette étude semble donc confirmer que la forme sublinguale double presque le risque de problèmes dentaires versus la forme transdermique ou un autre opioïde (ici la naltrexone).

Les auteurs expliquent ce risque par la modalité de prise et l’acidité des comprimés. Comprimés qu’il convient de garde entre 5 et 10 min en bouche pour permettre son absorption et donc son efficacité. En effet, si le comprimé est avalé, son efficacité est quasi nulle.

In fine, les usagers d’opioïdes doivent être vigilants à l’hygiène buccodentaire et consulter régulièrement un dentiste. Ce message de prévention est d’autant plus important avec la forme sublinguale.

A noter cependant que l’étude ne compare pas la méthadone sirop telle que nous l’avons en France et qui contient du sucre pourvoyeur de trouble dentaire, ni la forme lyophilisat de buprénorphine qui ne nécessite que 2 minutes en bouche.

Un article de Mathieu Chappuy

En savoir plus

À lire aussi

  • Toutes les addictions / Dossier

    Actualité culturelle des addictions #11

    26 Jan 2023
  • Autres addictions comportementales / Article scientifique

    Sens de la vie et responsabilité : leur rôle dans la dépendance aux jeux vidéo en ligne chez les adolescents

    26 Jan 2023
  • Alcool / Actualités

    Lobbies de l'alcool : comment ils s’attirent l’amitié des politiques

    25 Jan 2023
  • Autres addictions comportementales / Dossier

    La revue de presse des addictions comportementales #48

    23 Jan 2023
  • Ecrans / Article scientifique

    Les parents au nez scotché à leur smartphone nuisent à leurs enfants

    23 Jan 2023
  • Jeux de hasard et d'argent / Article scientifique

    Les pictogrammes : un moyen simple pour mieux identifier les caractéristiques addictives des jeux de hasard et d'argent

    18 Jan 2023
  • Alcool / Article scientifique

    Comment mieux réussir votre «Dry January» l'an prochain

    17 Jan 2023
  • Tabac / Article scientifique

    Vapotage : 8 Français sur 10 ne savent toujours pas que vapoter est moins risqué que fumer*

    16 Jan 2023
  • Alcool / Article scientifique

    Alcoolodépendance : la dopamine comme piste thérapeutique

    16 Jan 2023
  • Jeux de hasard et d'argent / Article scientifique

    Comment s’éloigner du jeu ? Les mesures de protection à mettre en place lorsqu’on perd le contrôle du jeu

    13 Jan 2023
  • Alcool / Article

    Une étude suggère qu’arrêter de consommer de l’alcool peut améliorer les fonctions cognitives en seulement 18 jours

    12 Jan 2023
  • https://www.youtube.com/watch?v=QMEx4fL5Ezs&t=4s

    Alcool

    Le défi d’un mois sans alcool - Professeur Amine Benyamina - C l’hebdo

    09 Jan 2023