Cannabis médical : "Sans le cannabis, j’aurais été submergé par mes problèmes de santé"

Pour la première fois en France, le cannabis médical va être expérimenté sur 3 000 patients volontaires, souffrant de cancer, de sclérose en plaque, d’épilepsie... Cette expérimentation va durer deux ans.

Cannabis
Addiction Cannabis - Cannabis médical : "Sans le cannabis, j’aurais été submergé par mes problèmes de santé"

Parmi ceux qui attendent l’expérimentation, il y a Bertrand Rambaud. Cet homme de 60 ans milite avec son association l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine (UFCM-I care), en faveur du cannabis thérapeutique. Il est séropositif depuis près de 40 ans et intolérant à ses traitements antirétroviraux. Alors après avoir essayé plusieurs médicaments pour soulager les effets secondaires, il est passé au cannabis. « C’était la seule solution pour que je puisse prendre mes traitements et continuer des activités normales. Le cannabis m’aide à dormir, à manger, c’est aussi bon pour mon moral. Sans le cannabis, j’aurais été submergé par mes problèmes de santé et j’aurai lâché. Ce sont les traitements qui me maintiennent en vie mais le cannabis me permettant de prendre ces traitements, ça a changé ma vie », témoigne-t-il.

Ça lui a aussi apporté des ennuis judiciaires. Même à visée médicale, la consommation de cannabis est interdite en France. Il doit s’en procurer aux Pays-Bas. En 2014, Bertrand Rambaud est condamné, il est alors dispensé de peine, notamment en raison de sa maladie.

Les effets du cannabis médical sur notre santé 

Ce sont les molécules du cannabis qui peuvent être bénéfiques pour certains malades. « Le cannabis médical contient plusieurs substances, notamment le tétrahydrocannabinol, le THC, et le cannabidiol, le CBD. Elles vont agir sur le cerveau mais pas uniquement. On a dans notre corps le système endocannabinoïdes ce qui explique pourquoi la plante cannabis a des effets sur nous. Elle a des effets sur le cœur, sur les os. C’est n’est pas uniquement psychotrope », explique le Professeur Nicolas Authier, médecin psychiatre. C’est lui qui pilote cette expérimentation à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Ecouter le témoignage sur rcf.fr

À lire aussi