L’augmentation dangereuse des opioïdes de synthèse dans le paysage des nouvelles substances psychoactives

Autres drogues / 8 février 2018

Autres drogues
Addiction Autres drogues - L’augmentation dangereuse des opioïdes de synthèse dans le paysage des nouvelles substances psychoactives

 

Le 20 octobre 2017, l’Italie a enregistré la première victime de l’U-47700 (3,4-dichloro-N-(2-diméthylamino-cyclohexyl)- N-méthyl-benzamide): le médicament, connu sous le nom de rue “Pink” en raison de sa couleur, a été mis au point dans les années 1970 en tant que produit pharmaceutique, mais n’a pas actuellement d’usage thérapeutique. L’U-47700 est un agoniste sélectif des récepteurs opioïdes mu, avec une puissance 7,5 fois supérieure à celle de la morphine. Il a des effets euphorisants, analgésiques et relaxants. L’intoxication aiguë comporte également des symptômes cliniques notables tels qu’une sédation, un myosis, une dépression respiratoire et une perte de conscience. Depuis 2015, ce produit a été responsable d’hospitalisations et de décès dans de plus de 10 états aux USA, soit seul, soit en association avec d’autres substances, comme ça a été le cas pour le décès du célèbre musicien Prince. Par la suite, le U-47700 a été inscrit comme substance réglementée (novembre 2016). En Europe, des saisies d’ U-47700 ont été signalées par au moins 13 États membres et des décès liés à l’ U-47700 ont été signalés au Royaume-Uni, en Belgique, en Finlande et en Italie. La Commission des stupéfiants de l’Union Européenne a proposé la classification de cette substance en février 2017, mais tous les pays membres n’ont pas encore mis à jour leur législation.

L’ U-47700 et d’autres opioïdes synthétiques comme l’AH-7921 et le MT-45 sont en hausse sur le marché des drogues illicites et peuvent être considérés comme de nouvelles substances psychoactives (SPA), qui sont souvent vendues en ligne et perçues comme une alternative “plus sûre” aux drogues traditionnelles.

La facilité d’accès, la précision des stratégies de marketing et l’anonymat du marché en ligne représentent des avantages indéniables pour la diffusion de nouvelles SPA, impliquant un grand nombre de sujets qui ne se perçoivent pas comme “toxicomanes” et qui recherchent rarement de l’aide médicale. De plus, les marchés de la drogue sur le DarkNet ne cessent de croître, rendant pratiquement impossible le contrôle et la réglementation de ce qui est vendu… et à qui. Même si environ 80 % des demandes de traitement opioïdes en Europe sont encore liées à l’addiction à l’héroïne, l’émergence récente d’opioïdes synthétiques très puissants suscite de vives inquiétudes. Le nombre de nouveaux opioïdes synthétiques détectés par le système d’alerte précoce de l’Union Européenne augmente chaque année depuis 2012, ainsi que le nombre de décès. On peut également trouver des opioïdes synthétiques dans les lots d’héroïne, ce qui augmente considérablement le risque de surdosage des usagers.

Devant ces risques d’intoxication grave et d’alimentation du marché des drogues illicites, en particulier sur le réseau du DarkNet, il apparaît crucial d’attirer davantage l’attention sur ce phénomène alarmant, tant par les cliniciens que les politiques.

Par Louise Carton

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir