Portail Milieu Professionnel

L'entraînement cognitif : une nouvelle voie dans la prise en charge du jeu d'argent pathologique ?

L'entraînement cognitif est une modalité de soin de plus en plus étudiée pour la prise en charge des troubles addictifs liés à des substances. Cette revue de littérature vise à évaluer l'utilisation et l'efficacité de l'entrainement cognitif pour un trouble addictif sans substance : le jeu d'argent pathologique.

Addiction  - L'entraînement cognitif : une nouvelle voie dans la prise en charge du jeu d'argent pathologique ?

L’entraînement cognitif est une modalité de soin de plus en plus étudiée pour la prise en charge des troubles addictifs liés à des substances. Cette revue de littérature vise à évaluer l’utilisation et l’efficacité de l’entrainement cognitif pour un trouble addictif sans substance : le jeu d’argent pathologique.

Malgré une littérature de plus en plus abondante sur les déficits cognitifs impliqués dans le jeu d’argent pathologique et sur l’entraînement cognitif en santé mentale, aucune donnée d’utilisation ou d’efficacité de l’entraînement cognitif pour le jeu d’argent pathologique n’est encore disponible. Toutefois, des études sont en cours et les premiers résultats devraient bientôt paraître.

Ce délai est l’occasion de tirer des enseignements d’essais dans des domaines proches tels que les troubles addictifs liés aux substances, afin de produire des données d’efficacité robustes et rapidement applicables sur les programmes candidats pour le jeu d’argent pathologique. En effet, les données existantes sur l’entraînement cognitif ont soulevé un certain nombre de problèmes méthodologiques, qui devraient être pris en compte lors des premiers essais dans le domaine du jeu d’argent pathologique, et notamment : distinguer les environnements neutres, qui visent une vulnérabilité générale, ou spécifique au jeu, qui visent une vulnérabilité exprimée uniquement dans le contexte du jeu ; mettre en place des « groupes contrôles » appropriés pour lesquels l’intervention n’induit pas d’effet sur les fonctions cognitives ciblées, y compris dans le cadre d’un entraînement spécifique de l’addiction ; inclure des évaluations cliniques et neuropsychologiques pour avoir des informations sur les mécanismes d’action sous-jacents ; etc…

En savoir plus

À lire aussi