Narcotiques Anonymes

NA est une association à but non lucratif, composée d’hommes et de femmes pour qui la drogue était devenue un problème majeur. Narcotiques Anonymes fut créée en 1953 aux Etats-Unis sur le modèle des Alcooliques Anonymes. La première réunion s'est tenue en France en 1984. 61800 réunions dans 129 pays dont plus d'une centaine en France témoignent de l’universalité de notre méthode. On rencontre dans Narcotiques Anonymes des hommes et des femmes de toutes les origines et de toutes les nationalités, de toutes les classes sociales et de toutes les professions. La seule condition pour devenir membre est le désir d'arrêter de consommer. Il n’y a ni cotisation, ni inscription et nous nous finançons par nos propres contributions. NA n’est allié à aucune confession, organisation, institution ou parti politique, ne cautionne ni ne s’oppose à aucune cause. NA n’offre aucun service social, ne procure pas de logement, de travail ou d’argent.

Notre but est de demeurer abstinent de drogue et d'aider les autres membres à le rester. NA propose aux personnes qui le veulent un programme de rétablissement simple, fondé sur des réunions, le parrainage, un programme en douze étapes et quelques principes clés.

Les réunions
Elles sont ouvertes à toutes les personnes qui désirent arrêter de consommer tous produits modifiant le comportement. Nous nous entraidons à rester abstinents, à nous rétablir. Echanger avec les autres membres du groupe ses expériences et s'identifier aux leurs, écouter les solutions, partager notre espoir.

Le parrainage
Il s'agit d'une relation privilégiée selon laquelle un dépendant, ayant progressé sur le chemin du rétablissement, partage son expérience d’une manière continue, confidentielle et individuelle avec son ou ses filleuls.

Ecriture et mise en action du programme en douze étapes
Essentielles au rétablissement dans la mesure où elles permettent à la personne dépendante, à l'aide de son parrain, d'identifier et comprendre sa maladie et surtout d'élaborer un changement en vue d’une perspective d’avenir.

En voici la structure simplifiée :
Etape 1 : Elle permet d’entrer dans une phase de prise de conscience de la maladie de la dépendance (constat/conséquences). La personne comprend alors qu’elle n'a plus de pouvoir face au produit et admet la perte de contrôle sur sa consommation. Ce travail s'étend aussi à une prise de conscience de l'impuissance à faire face ou à gérer une problématique particulière (travail, santé, argent, relation aux autres, etc.).

Etape 2 : Elle apprend à la personne à voir qu'elle a besoin de faire appel aux autres pour trouver l'aide nécessaire à son mieux-être. Après une mise en confiance de la personne avec autrui (autrui,  parrain/marraine, autres dépendants), la personne apprend à vivre avec sa maladie ou sa problématique personnelle, de manière constructive.

Etape 3 : Elle est directement liée à la spiritualité et à la reconstruction : retrouver la capacité de décider, d'agir, de faire le choix de ses croyances... Les efforts investis permettent ainsi de redonner un sens à l'existence.

Etape 4 : A la suite d'un inventaire personnel, la personne se rend compte de l’aspect destructeur de sa maladie. Elle cherche à sortir des systèmes de défense inhérents à sa dépendance. C'est la réparation du lien avec soi-même.

Etape 5 à 9 : Elles permettent à la personne d'être simplement elle-même, ni toute puissante, ni indigne d'exister, essayer de dépasser sa honte et accepter l'autre dans une dimension bienveillante. C'est la réparation du lien avec les autres. Après s'être rendu compte de l'aspect destructeur de sa maladie, la personne est déterminée à changer. Dans ces différentes étapes, la personne se consacre à l'application et à la mise en pratique des changements qu'elle souhaite.

Etapes 10 à 12 : Dans ces trois dernières étapes, il s’agit pour la personne de poursuivre les efforts investis dans le but d’intégrer les changements opérés dans le cadre de sa vie quotidienne et de maintenir son rétablissement.

Quelques principes clés : l'honnêteté, l'ouverture d'esprit, la bonne volonté. Ils décrivent les attitudes et les changements de comportement considérés comme essentiels pour s’en sortir durablement.

L’appartenance est gratuite, libre et volontaire.
Plus d’une centaine de réunions par semaine en région parisienne et en province. Une expérience vécue de la dépendance et une solution de rétablissement qui fonctionne pour certains.
Grace à l’entraide qu’ils trouvent dans NA, celles et ceux qui vont régulièrement en réunion finissent le plus souvent, à leur rythme, par trouver la force d’arrêter de consommer.

Comité Information et Relation Publique : irp@narcotiquesanonymes.org

Helpline (un membre de l'association répondra de 10h à 22h, 7/7j) : 01 43 72 12 72

http://www.narcotiquesanonymes.org/contact/