» retour

CANNABIS / Les cannabinoïdes dans le traitement symptomatique de la sclérose en plaque

En 2016, une étude italienne portant sur 1’600 patients atteints de SEP a démontré l’efficacité, la sécurité et l’innocuité du Nabiximol, le principe actif du Sativex®, un produit à base de cannabis. En Suisse, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a donné un nouvel élan à l’utilisation médicale du cannabis: une étude financée par l’OFSP en 2015 a pu documenter l’effet positif du cannabis dans le traitement des douleurs et des crampes dans le cas de la sclérose en plaques.

Le corps humain dispose de récepteurs cannabinoïdes

Depuis la découverte du système endocannabinoïde il y a près de 20 ans, les médicaments à base de cannabis font l’objet de recherches intensives. Les endocannabinoïdes sont des substances produites par le corps qui modulent le flux d’information entre les neurones du système nerveux central en se liant aux récepteurs cannabinoïdes. Elles influencent ainsi des fonctions telles que le sommeil, l’appétit, la perception du temps ou la sensation de douleur. Dans le cas des maladies neurodégénératives et en particulier de la sclérose en plaques, des changements pathologiques, c’est-à-dire s’écartant de l’état sain, ont été détectés dans le système endocannabinoïde et ils ont à leur tour des effets sur les fonctions mentionnées plus haut.

Le système endocannabinoïde peut être influencé thérapeutiquement par des cannabinoïdes exogènes contenus dans le cannabis. On suppose que le soulage ment de la douleur apporté par les cannabinoïdes chez les personnes atteintes de SEP se produit directement par une réduction des spasmes musculaires douloureux, et indirectement par une inhibition des voies sensitives et une inhibition des inflammations. Les spasmes sont des tensions musculaires douloureuses qui font partie des symptômes les plus fréquents chez les personnes atteintes de SEP et qui dégradent leur qualité de vie. Une action positive sur la spasticité revêt donc une grande importance pour de nombreuses personnes atteintes de SEP car leur quotidien est ainsi plus agréable et leur vie sociale et professionnelle plus simple.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

CANNABIS / un débat de campagne inédit

C’est la fin d’un tabou français. Pour la première fois dans une campagne présidentielle, quatre des cinq principaux candidats à l’Elysée proposent de faire évoluer la loi du 31 décembre 1970 punissant théoriquement d’un an de prison et de 3 750 euros d’amende la consommation de stupéfiants, quels qu’ils soient. Emmanuel Macron (En marche !) et François Fillon (Les Républicains) veulent sanctionner par des contraventions le simple usage de cannabis, quand Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et Benoît Hamon (Parti socialiste) vont beaucoup plus loin et prônent sa légalisation encadrée.


Le 04 Avr 17