» retour

CANNABIS / Plus on commence tôt, moins on poursuit ses études, selon une étude

L’hypothèse d’un effet direct de la consommation de cannabis sur la concentration, la motivation, et à terme la réussite scolaire des jeunes, est soutenue par des données de recherches en neurosciences montrant des lésions spécifiques chez les adolescents consommateurs. L’Inserm vient de publier dans l’International Journal of Epidemiology une étude sur la consommation de cannabis chez les adolescents. Le constat est édifiant, les jeunes qui ont commencé à fumer avant 17 ans ont une probabilité 1,6 fois plus élevée de ne pas dépasser le baccalauréat.

Le professeur Michel Reynaud, psychiatre, addictologue et président du Fonds Actions Addictions, précise toutefois qu’il y a peu de précisions dans cette étude quant à la quantité de cannabis consommé, « qui est quand même un facteur majeur de gravité« .

« Cette étude confirme ce que savent les cliniciens, c’est-à-dire : plus on commence tôt, plus c’est dangereux. Et il n’y a aucun doute là-dessus », affirme Michel Reynaud. « Le cannabis, notamment avec une importante consommation, a des effets sur la concentration, la mémoire, ce que l’on appelle la motivation, l’intérêt à travailler ». Le professeur estime important ce que confirme cette étude, « c’est important que ce soit réellement perçu par les familles et les enfants ».

 Pour écouter l’intervention du Professeur Reynaud, cliquez sur « Consulter en ligne »
  • Partager l'article sur

A consulter aussi