“Chaque homme, une menace“, Un roman de Patrick Hoffman

7 mars 2019

Addiction  - “Chaque homme, une menace“, Un roman de Patrick Hoffman

Dans ce polar publié à la Série Noire des Editions Gallimard, chaque personnage travaille pour soi, ou presque. Les intermédiaires n’en font qu’à leur tête, et c’est la loi de la jungle qui s’impose. Raymond, Arthur, Gloria, Shadrack, Semion, Isaak, Moisey, Mr. Hong, Vanya… font partie intégrante d’un même réseau, et dépendent les uns des autres… Le récit emprunte des chemins tortueux et nous propose des tours et détours dans le temps…

La première partie commence à la sortie de prison de Raymond, une trentaine d’années, “petite frappe“ du gangstérisme de San Francisco, chargé par Arthur, un vieil homme d’une envergure plus large, de prendre contact avec Gloria à qui le chef de réseau fait livrer de la MDMA, à charge pour elle de la vendre alors à un certain Shadrack chargé lui d’écouler la marchandise. Arthur récupère dix pour cent sur cette vente… Raymond doit aller prendre la température sur le terrain, auprès de Gloria et Shadrack, et voir dans quelle mesure l’un des deux pourrait être mis sur le banc pour qu’Arthur récupère un peu plus de sous dans cette affaire… Raymond se présente alors chez Gloria en prétextant simplement superviser les affaires de son boss Arthur et surveiller les transactions. Il finit par se rendre compte que Gloria est en possession d’une quantité de MDMA dix fois plus élevée que ce que lui avait annoncé Arthur. Avant qu’il ait pu prévenir son patron Raymond, il est assassiné…

Soixante dix neuf jours plus tôt, direction Chiangmai, en Thaïlande, où l’on fait connaissance avec Semion, originaire d’Israël, qui, avec son ami Isaak, a décidé de monter un trafic d’ecstasy à Miami. Ils se fournissent en Thaïlande par l’intermédiaire de Moisey, un vieil ami d’Isaak. Il se trouve que c’est Gloria qui leur achète la MDMA, via Arthur qui fait le lien avec Isaak. L’affaire tourne bien et les deux amis israéliens de Miami, Semion et Isaak, s’enrichissent tranquillement… Jusqu’au jour où Semion fait la connaissance de Vanya, une brésilienne qui accepte de passer la nuit avec lui. Au réveil, il ne se souvient plus de rien mais tout laisse à penser que Vanya a été tuée et qu’on a fait disparaître son corps. Semion est alors victime d’un chantage. Son ami Isaac trouve une solution grâce à un certain Mr Hong, l’intermédiaire des fabricants de MDMA en Thaïlande. L’homme propose à Semion de s’occuper des maitres chanteurs, à condition que l’Israélien accepte d’acheter une quantité d’ecstasy dix fois supérieure à celle convenue jusqu’à présent. Semion est frileux mais n’a pas d’autre choix que d’accepter. Mr Hong met la main sur les maitres chanteurs et Semion se rend compte alors que Vanya n’était en fait pas morte et qu’elle avait tout orchestré. Il décide finalement de renoncer au deal avec Mr Hong. Pas question qu’il augmente la quantité mensuelle dealée… Ce sera à ses risques et périls…

La troisième partie est consacrée à Moisey, le vieil ami d’Isaak. Nous sommes encore revenus en arrière dans le temps… Moisey est attiré lui par les beaux jeunes hommes mais se fait piégé par l’un d’entre eux, qui dénonce sa consommation de stupéfiants à la police. Moisey s’en sort en passant un coup de fil à un procureur corrompu qu’il n’aurait apparemment pas dû solliciter. Il est exclu de la filière, à moins qu’il arrive à persuader ses amis israéliens de Miami d’acheter une quantité dix fois plus importante de MDMA aux fournisseurs thaïlandais… Moisey se tourne vers son ami Isaak et s’accorde avec lui sur un intermédiaire, en la personne de Mr Hong, pour faire plier Semion et faire qu’il accepte une augmentation conséquente de la quantité d’ecsta achetée. La suite, nous la connaissons, l’obstination de Semion à vouloir se contenter d’un trafic modeste aura raison de lui. Il est exécuté…

La quatrième partie nous permet elle d’en savoir plus sur la fameuse Vanya, de comprendre la connexion qu’elle a avec Gloria, et de boucler la boucle… La cinquième partie est une pure formalité… Nous n’en dirons pas plus… Fini en tout cas le temps où les structures pyramidales reposaient sur une hiérarchie marquée et des liens forts. Désormais la structuration des trafics et des membres qui y sont associés est complexe, ce qui augmente la difficulté d’en saisir les tenants et les aboutissants…

 

Ce texte est la version courte d’un article paru dans le numéro #03 de le revue DOPAMINE

En savoir plus