Portail Milieu Professionnel

Série TV / “Ozark“ de Bill Dubuque et Mark Williams

Addiction  - Série TV / “Ozark“  de Bill Dubuque et Mark Williams

 

“Les rudiments du blanchiment d’argent. Tu trouves une mallette contenant cinq millions de dollars. Qu’est-ce que tu achètes ? Un yacht ? Un château ? Une voiture de sport ? Désolé. A cause du fisc, tu ne peux rien acheter de valeur. Tu ferais mieux de mettre l’argent à la banque. Mais voilà le problème. Cet argent sale est trop propre. Il a l’air de sortir d’un coffre-fort. Il faut le vieillir un peu. Le traîner dans la boue. Lui rouler dessus. Tout ce qui pourrait lui donner l’air usagé. Ensuite, il te faut une affaire qui utilise du liquide. Quelque chose de sympa et d’agréable, avec une comptabilité facile à manipuler. Pas de reçus de cartes de crédit, tout ça. Tu ajoutes les cinq millions aux liquidités de ton affaire sympa. Le tout quitte une banque américaine pour une banque dans un pays qui se fiche du fisc. Ensuite, il se retrouve sur un compte chèque classique, et voilà. Il te suffit d’avoir accès à l’un des trois millions de terminaux, car ton but est atteint. Ton argent est blanchi. Il est aussi valable que celui de n’importe qui.“ Voici les quelques mots que Marty, père de famille américain prêt à tout assumer, choisit pour expliquer à son fils d’une douzaine d’années qu’elle est la teneur de son activité principale. Le blanchiment d’argent sale, ça paraît simple en théorie, mais en pratique c’est un peu plus compliqué.

Marty Byrde vit à Chicago avec sa petite famille, son épouse Wendy et ses deux enfants : une jeune ado de dix-sept ans et un fils de douze ans. Cela fait quelques années qu’il ronronne dans son métier de conseiller financier tout en blanchissant en marge, avec son associé Bruce, ceci pour le compte d’un cartel mexicain de renom, des sommes d’argent considérables. Malheureusement un trou de huit millions dans la caisse met très en colère le fameux big boss du cartel. Ce dernier laisse une chance à Marty de se racheter en l’envoyant dans les Ozarks, région perdue du Missouri choisie par le quadragénaire pour tenter de blanchir quelques centaines de millions d’argent sale.

Et voilà donc toute la petite famille en route pour Ozark, le village du coin, pour refaire sa vie tout en sauvant sa peau. Mais l’adaptation n’est pas évidente, ni pour le conseiller financier, ni pour sa famille. Des obstacles vont bien entendu se placer en travers de leur chemin, à commencer par la difficulté de faire sa place dans un environnement où personne ne les attend, et la rareté des affaires à racheter pour accélérer le blanchiment. Se rajoute à cela : un clan de pieds nickelés voyous dirigé par une jeune femme de dix-neuf ans plus que dégourdie qui compte bien récolter une part du gâteau; un agent du FBI qui enquête sur le meurtre de Bruce, l’associé de Marty descendu par le cartel; et enfin un dealer local, fabriquant et trafiquant d’héroïne en eau sainte.

Cette série, diffusée sur la plateforme Netflix, nous invite au cœur d’une problématique essentielle du trafic de stupéfiants, à savoir le blanchiment de l’argent issu de ce trafic. Nous n’aurons pas droit à toutes les étapes du blanchiment, ni à tous les intermédiaires nécessairement impliqués, mais juste aux premières étapes qui consistent à placer ses pions dans des affaires potentiellement génératrices de cash. Ici, pas de grande lessiveuse, mais un blanchiment à hauteur d’homme. Le personnage principal n’a pas l’allure d’un gangster de haut vol, mais porte plutôt le costume d’un “Monsieur tout le monde“ qui, sous couvert de faire vivre confortablement sa famille, a décidé de prendre part à une activité plus qu’illégale et potentiellement à risque. Nous n’avons pas affaire là à une économie de survie qui implique des familles pauvres dans un trafic de proximité, mais bien plutôt au désir d’enrichissement d’une famille moyenne américaine. Bien entendu la série prend ses marques, dès le premier épisode, au moment où le confort est bousculé par la nécessité de sauver sa peau, mais la compassion pour cette famille vient surtout du sentiment de piège dans lequel elle est tombée et de la difficulté dans laquelle elle se trouve pour surmonter tous les problèmes qui s’accumulent. Une affaire de blanchiment en milieu hostile en quelque sorte…

En savoir plus

À lire aussi