Autres drogues - Questions fréquentes

Retrouvez ici toutes les questions concernant les autres drogues (cocaïne, Mdma, Opiacés…)

Questions cocaïne

  • Quels sont les moyens de traitement pour l’addiction à la cocaïne ?

    Il n’y a pas encore de traitements fiables et  approuvés scientifiquement pour l’usage de cocaïne. Certains traitements sont cependant testé aux Etats-Unis par la FDA (Food and Drug Administration) dont certain donnent des résultats prometteurs : vigabatrin, modafinil, tiagabine, disulfiram ou encore le topiramate. Les approches comportementales restent toutefois pour le moment les traitements les plus fiables pour sortir de l’addiction à la cocaïne cela inclus des thérapies cognitivos-comportementales, des thérapies de groupe ou encore des programmes dans des centres de réhabilitation.

  • Quelles sont les complications médicales liées à la cocaïne ?

    Les complications d’un usage de longue durée sont nombreuses : arythmie cardiaque, dysfonctionnement sexuel, perforation de la cloison nasale, insomnie, attaques cardiaques, comportement agressif voir criminel, risque accru de développer des hépatites, le VIH ou encore l’endocardite. L’usage répété de cocaïne peut aussi engendrer des arythmies cardiaques, augmenter la température du corps ou la pression artérielle.  Les symptômes physiques se traduisent par des convulsions, des nausées, une vision floue des convulsions voir des comas.

  • Quels sont les effets d’une consommation à long terme de la cocaïne ?

    Lorsque l’on consomme de la cocaïne fréquemment, le cerveau modifie le système de récompense et on a besoins de doses de plus en plus importantes pour ressentir du plaisir. Un consommateur régulier de cannabis peut ressentir les effets suivants : irritabilité croissante, agitation, crise de panique, psychoses pouvant mener à des hallucinations.

  • A quel point la cocaïne est-elle addictive ?

    La cocaïne possède de puissantes propriétés addictives, même après la première prise il est difficile de savoir ou de contrôler les quantités que l’on prendra par la suite (cela dépend aussi bien évidemment de la personne). Une fois l’addiction développée, il devient très difficile de décrocher et la rechute est toujours possible si l’on est exposé au produit ou même rappelé à ce dernier par des souvenirs enfouis.

  • Quels sont les symptômes ressentis lorsque les effets de la cocaïne s’estompent?

    Les symptômes ressentis lorsque les effets de la cocaïne s’estompent le consommateur peut ressentir de l’irritabilité, de l’anxiété, de la paranoïa voir même être victime d’insomnie ou de symptômes dépressifs. Beaucoup d’usagers constatent un sentiment dépressif une fois les effets du produit estompés, ce sentiment peut durer plusieurs jours. Cela peut mener à prendre plus de cocaïne pour contrer ses effets et donc accélérer le chemin vers la dépendance.

  • Que se passe-t-il lorsque l’on prend de la cocaïne et que l’on boit de l’alcool en même temps ?

    Lorsque l’on boit et que l’on prend de la cocaïne en même temps on a tendance à boire encore plus que d’habitude car la cocaïne permet de neutraliser les effets négatifs de l’alcool (fatigue, nausée…), on se sent donc plus résistant et donc plus enclin à boire. Mais lorsque les effets s’estompent, les effets de la grande quantité d’alcool ingérée refont surface augmentant le risque de nausée ou de perte de conscience. Lorsque l’alcool et la cocaïne sont mélangés dans l’organisme, le foie produit une substance appelée cocaethylene qui intensifie les effets de la cocaïne.

  • Quels sont les effets physiologiques liés à la cocaïne ?

    A court terme : constriction des vaisseaux sanguins, pupilles dilatées, la température du corps augmente, la pression sanguine et le rythme cardiaque augmente.

    A fortes doses : tremblements, vertiges, spasmes musculaires, paranoia, anxiété, irritabilité, agitation.

  • Quels sont les effets à court terme de la cocaïne ?

    Les effets apparaissent presque immédiatement après la prise du produit. Le consommateur de cocaïne ressent de l’euphorie, un gain d’énergie, une aptitude sociale et mentale décuplée. Les usagers de cocaïne disent aussi ressentir une plus grande sensibilité au niveau de la vue, de l’ouïe et du toucher. Certains consommateurs de cocaïne l’utilisent comme dopant pour réaliser des tâches intellectuelles ou physiques.

  • Comment la cocaïne est-elle utilisée ?

    La cocaïne peut être utilisée de plusieurs façon : par voie orale (avalée), intranasale (sniffée), intraveineuse (via une seringue) et inhalée (via une pipe).  Lorsque la cocaïne est sniffée les effets viennent après quelques minutes et durent de 15 à 30 minutes selon le dosage et la tolérance de l’usager. Quand cette dernière est fumée les effets commencent presque immédiatement mais les effets s’estompent au bout de 10 minutes (ce qui explique le fort effet addictif du crack). La cocaïne lorsqu’elle est injectée produit aussi des effets très intenses et immédiats. C’est pour cela que l’inhalation et l’injection sont les deux méthodes d’utilisation les plus dangereuses.

Questions héroïne

  • Existe-t-il d’autres thérapies complémentaires aux soins médicamenteux?

    Il existe de nombreuses thérapies comportementales pour soigner les addictions à l’héroïne. On trouve deux principales approches. Le management des contingences où les patients acquièrent des points menant à des récompenses encourageant un mode de vie plus sains pour chaque test négatif.

    L’approche cognitivo-comportementale où les patients sont éduqués à modifier leurs attentes et leurs comportements vis-à-vis des drogues de thérapies de gestion de stress liés au manque sont aussi mise en place.

    En savoir plus

  • Quels sont les traitements possibles pour l’usage d’héroïne ?

     

    Les traitements de substitution aux opiacés (TSO) sont le mode le plus habituel de traitement.
    Au niveau des médicaments ces derniers agissent sur le récepteur des opioïdes dans le cerveau :

    • les agonistes activent les récepteurs d’opioïdes :La méthadone, administrée quotidiennement au patient, ce médicament permet d’alléger la montée que le consommateur d’héroïne ressent tout en réduisant les symptômes de sevrage.

      La Buprénorphine (Subutex) est un agoniste partiel qui permet de réduire le craving sans la montée et les effets secondaires des opioïdes.

    • les antagonistes bloquent les récepteurs et donc l’effet « récompense des opioïdes :
      La Naltrexone (Revia/Nalorex) est un opioïde antagoniste qui bloque les actions des opioïdes sur le cerveau. Il s’agit d’un produit non addictif et qui ne produit pas de dépendance physique. ONnl’utilise pour faciliter le maintien de l’abstinence après le sevrage.

    Durant la phase de sevrage, les patients reçoivent un traitement pour réduire les symptômes de sevrage comme les diarrhées, des douleurs ou des vomissements.

     

    En savoir plus

  • Quels sont les risques liés à la consommation d’héroïne durant la grossesse ?

    La consommation d’héroïne pendant la grossesse peut entraîner la dépendance du nouveau-né. Quand le bébé né et ne reçoit plus l’héroïne via le placenta de la mère, l’enfant peut développer le syndrome de sevrage néonatal qui requiert un traitement spécifique.

  • Quelles sont les complications de l’usage chronique d’héroïne ?

    Les complications pulmonaires sont fréquentes chez les usagers d’héroïne qui, couplées avec la diminution de l’immunité de l’usage régulier, peut mener à des pathologies comme la tuberculose et différents types de pneumonies. Les injections et comportements liés à la prise d’héroïne peuvent comporter des risques de développer le VIH ou des hépatites notamment en utilisant des seringues déjà utilisées ou en partageant celles-ci avec d’autres consommateurs.

  • Quels sont les effets à long terme de l’héroïne ?

    La tolérance à l’héroïne apparaît rapidement : l’organisme de l’usager demande donc plus de drogues pour obtenir du plaisir. L’héroïne cause aussi de nombreux changements physiques et physiologiques dans le corps de l’usager.

  • Quels sont les effets à court terme de l’héroïne ?

    Lorsque l’héroïne est administrée, les effets à court terme sont un sentiment brutal d’euphorie (effet flash lors de l’injection).

  • Comment l’héroïne est-elle utilisée ?

    L’héroïne est une poudre qui peut être injectée par voie intraveineuse, intranasale (sniffée) ou être fumée.

  • Qu’est-ce que l’heroïne ?

    L’héroïne est une drogue hautement addictive extraite de la morphine provenant des gousses de pavot. Elle est utilisée pour ses effets antidouleur et euphorisants. L’héroïne se présente sous la forme d’une poudre qui peut arborer différentes couleur (blanche ou brune en majorité).

Questions MDMA

  • L’ecstasy peut-elle être responsable de problèmes psychiatriques ?

    La MDMA peut stimuler ou intensifier des troubles psychiatriques déjà existants. Son utilisation mais aussi un arrêt après une forte consommation peut causes des symptomes psychiatriques. Un patient consommateur de MDMA peut cependant présenter des troubles psychiatriques sans que ces derniers sois forcément lié au produit.

  • A quel point cette drogue est-elle dangereuse ?

    Comme pour toutes les drogues, il existe des différences de résistance et de sensibilité selon les individus. Pour certaines personnes, une dose pourra changer complètement leur comportement ou causer des attaques de paniques ou des dépressions. Il existe de nombreux risques complications liés à la MDMA : problème cardiaques, augmentation de la pression sanguine, augmentation de la température corporelle. Il y a aussi un danger de lésions cérébrales irréversibles, des problèmes cardiaques ou encore une déshydratation.

  • Quels sont les effets et combien de temps durent-ils ?

    Les effets de la MDMA commencent à apapraître au bout de 20/40 minutes, la montée produit un rush d’euphorie qui peut s’accompagner de nausée. L’usager ressent pleinement l’effet du produit à partir de 60 à 90 minutes et les effets durent de 4 à 6 heures

    A des dosages normaux les usagers disent ressentir un sentiment de compréhension et d’empathie pour les autres. Les inhibitions sexuelles et émotionnelles se libèrent. Les effets psychologiques peuvent inclure : confusion, dépression, craving, anxiété, paranoïa. Des épisodes psychotiques ont déjà été reportés par des usagers de MDMA, ils peuvent se produire plusieurs semaines après la prise.  Les symptômes physiques se traduisent par une tension des muscles, une contraction de la mâchoire, des nausées, une vision floue, des évanouissements ainsi que de la transpiration.

  • La MDMA est-elle addictive ?

    La MDMA a un potentiel addictif relativement bas. Il existe totuefois des usagers ayant des comportements de consommation compulsifs et réguliers. Les effets de la MDMA décroissent avec un usage régulier ce qui rend l’usage régulier moins répandu que pour d’autres drogues.

  • Comment l’ecstasy est-elle consommée?

    La MDMA est généralement vendue sous forme de cachet, les doses peuvent aller de 50mg à 300mg. La plupart des usagers l’avale.