Portail Milieu Professionnel

Cyberdépendances - Comprendre l'addiction aux écrans : internet facilite les addictions comportementales

Jeux d’argent Les dernières données publiées par l’OFDT montrent une prévalence beaucoup plus importante de joueurs pathologiques avec les jeux en ligne que lorsque les jeux sont pratiqués dans des locaux dédiés (bar-tabac, casinos…) ou avec d’autres supports (loteries). Jeux-vidéo L’OMS vient de reconnaitre l’addiction aux jeux vidéo dans la version 11 de la Classification internationale des maladies. L’addiction aux…

Jeux d’argent

Les dernières données publiées par l’OFDT montrent une prévalence beaucoup plus importante de joueurs pathologiques avec les jeux en ligne que lorsque les jeux sont pratiqués dans des locaux dédiés (bar-tabac, casinos…) ou avec d’autres supports (loteries).

Jeux-vidéo

L’OMS vient de reconnaitre l’addiction aux jeux vidéo dans la version 11 de la Classification internationale des maladies.

L’addiction aux jeux vidéo ne devrait être diagnostiquée que par des spécialistes formés et répondre à des critères assez précis. Elle se définit par un comportement persistant ou non, caractérisé par :

◗◗ des difficultés à contrôler le comportement de jeu : début, fréquence, intensité, initiation, fin et contexte.

◗◗ la priorité donnée aux activités de jeu, de plus en plus au détriment des autres intérêts et des activités quotidiennes.

◗◗ la poursuite ou augmentation des activités de jeu malgré la survenue de conséquences négatives.

Ces comportements sont suffisamment sévères pour entrainer une gêne significative des activités personnelles, familiales, sociales, scolaires, professionnelles ou autre… Ces troubles peuvent être permanents ou intermittents et durent au moins 12 mois, moins si les 3 types de symptômes sont sévères.

Une définition proche est donnée dans le DSM V.

Internet facilite l’addiction sexuelle

Les sites de divertissement pour adulte représentent 5% du trafic mondial du web juste après Google et Facebook. Les sites gratuits et populaires financés par la publicité, génèrent un flux massif de visites.

Ces sites ont la capacité de profiler les personnes selon leurs intérêts. Tout le monde, y compris les plus jeunes, peuvent facilement y accéder. Dans la majorité des cas, la fréquentation de ces sites n’a pas d’impact négatif reconnu. Mais pour certains, l’usage du cybersexe peut devenir excessif avec de nombreuses conséquences sur la santé mentale, physique et sociale.

L’addiction sexuelle, le trouble hypersexuel, se caractérise par la répétition de l’utilisation excessive de l’activité sexuelle essentiellement par la masturbation, par la perte de contrôle, par les efforts infructueux pour arrêter ou réduire cette activité, la tolérance avec une augmentation des heures de connexion et des conséquences négatives sur la vie sexuelle et familiale.

Aller plus loin sur l’espace Cyberdépendances

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir