Femmes et addictions : chiffres, spécificités et témoignages d’espoir et de victoire

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes du 8 mars 2021 Addict'Aide vous propose une sélection d'articles, d’études et de témoignages pour mieux comprendre les spécificités des addictions au féminin.

Toutes les addictions

Les femmes un autre profil d’addiction

Le 8 mars, lorsqu’on célèbre la Femme, il est rare d’avoir envie d’évoquer ses addictions ; le constat se vérifie d’ailleurs toute l’année. La femme dépendante aux substances psychoactives dérange. Chez l’homme, déjà, l’addiction n’a pas bonne presse mais chez la femme, l’effet de stigmatisation se décuple.

Lire l’article

 

Alcool en France : les hommes boivent plus que les femmes, les jeunes plus que les vieux

L’étude, publiée par Santé public France en mars 2019, s’intéresse aux habitudes des Françaises et des Français vis-à-vis de l’alcool, mais aussi aux méthodes pour émettre des recommandations à la fois efficaces et accessibles à tous. Car l’alcool, comme le reconnait le Pr Mickaël Naassila, président de la Société française d’alcoologie, est un « acteur essentiel de notre culture et de notre économie », mais aussi un moyen de « se conformer à la norme sociale » et un « lubrifiant social ».

Voir l’article sur l’étude 

 

Violences et drogues : des femmes en souffrance

Les effets des drogues créent un état de vulnérabilité auquel les femmes sont particulièrement sensibles. Il favorise leurs prises de risques et la perte de contrôle. Ces moments de vulnérabilité des femmes, perçus par certains hommes, sont propices au chantage sexuel, aux actes de violence ou d’abus sexuel.

Lire l’article 

 

Alcool : le syndrome d’alcoolisation fœtale

En 2017, des associations se sont réunies dans le cadre d’une collaboration dans le domaine du SAF (Syndrome d’alcoolisation fœtale) et des TCAF (Troubles causés par l’alcoolisation fœtale) et ont déclaré soutenir la proposition ministérielle de révision du pictogramme (taille, couleur et positionnement) d’information sur les dangers de la consommation de boissons alcoolisées de toutes natures par les femmes enceintes, suivant l’arrêté du 2 octobre 2006.

Lire l’article 

Drogues : dans la vie des femmes toxicomanes de Paris

Beaucoup de filles ont déjà connu les joies de la cohabitation avec des mâles plus ou moins lourds dans les rues des grandes villes françaises. En revanche, elles sont moins nombreuses à y vivre à l’année et à arpenter le trottoir à la recherche d’un caillou de crack.

Voir les témoignages

Récit :  “Addict“ de Marie de Noailles

Marie de Noailles est une jolie femme d’une quarantaine d’années née avec une cuillère en argent dans la bouche comme on dit. Cette seconde fille du duc et de la duchesse de Noailles veut nous montrer, si besoin était, qu’il n’y a rien de plus démocratique que l’addiction, et que faire partie d’une famille aisée, unie et aimante n’est pas l’antidote contre toute forme de dépendance aux psychotropes.

En savoir plus sur le livre

Récit : “Si fragile“ de Fiona Gélin

Tout se vit chez Fiona Gélin avec passion, alors pas question de passer à côté des amours qui se présentent et des psychotropes qui accompagnent souvent ses rencontres. “Moi, ma came, c’est les tordus. J’aime les bad boys, ils me font mal, alors je bois…“. Célibataire, au moment de l’écriture du livre du moins, elle s’accroche désormais à son fils Milan et sa petite fille Ghjuilia pour lesquels elle a décidé d’arrêter de boire. “J’aime la vie, mon fils, ma petite-fille. Et j’arrête. J’arrête parce que j’ai tellement honte, j’arrête parce que tout Paris le sait.“

Voir le résumé du livre

De l’emprise à la liberté, un témoignage de Sandra Pinel, infirmière et patiente experte addiction

Quand je consommais excessivement, je n’avais jamais assez de mots pour chanter des louanges sur la « bonne » bière que j’avais choisi de partager ce jour-là avec des amis, ou le « bon » vin pour agrémenter un repas. En réalité, je n’en sentais même plus le goût et finalement on mangeait très peu, l’important c’était l’ivresse.

Voir le témoignage de Sandra 

 

 

À lire aussi