Portail Milieu Professionnel

Jeux de hasard et d'argent - Les facteurs de risques du jeu d'argent

Les facteurs de risque Facteurs  personnels La personne est vulnérable psychologiquement (anxiété, symptômes dépressifs…). Elle peut être fragile sur le plan narcissique (faible estime de soi, sentiment d’infériorité…). Le jeu peut aussi être un dérivatif pour lutter contre un mal-être (difficulté dans la gestion du stress, impression de vide). L’impulsivité peut aussi peut aussi affecter la pratique du jeu. Facteurs…

Les facteurs de risque

Facteurs  personnels

La personne est vulnérable psychologiquement (anxiété, symptômes dépressifs…). Elle peut être fragile sur le plan narcissique (faible estime de soi, sentiment d’infériorité…). Le jeu peut aussi être un dérivatif pour lutter contre un mal-être (difficulté dans la gestion du stress, impression de vide). L’impulsivité peut aussi peut aussi affecter la pratique du jeu.

Facteurs liés à l’environnement

Une forte disponibilité et accessibilité du jeu dans un environnement proche est un risque. Comme aussi, l’environnement culturel dans lequel vit le joueur (transmission générationnelle, pressions financières…)

Facteurs liés au jeu lui-même

Certains jeux sont plus addictifs que d’autres. Certaines pratiques entraînent plus de dépendance. Les jeux entraînant une prise de décision rapide, donnant un gain immmédiat sont plus risqués. Une pratique, permettant de jouer sans limite, de jouer isolé comme les jeux en ligne crée des conditions « d’accrochage ».

Les distorsions cognitives

Plusieurs erreurs cognitives se retrouvent chez le joueur excessif : des comportements superstitieux (numéros chanceux ou préférés), des pensées qui influent la probabilité de gagner (prière, espoir…), le comportement verbal (encouragement), non verbal (se frotter les mains),  une habileté de jeu. Le joueur est convaincu qu’il peut influer sur le résultat (force avec laquelle il lance des dés, vitesse de grattage d’un ticket…).

D’autres biais

Le joueur surestime ses chances de gagner.

Il attribue aux machines des caractéristiques humaines (il la félicite ou la blâme).

Il a une mémoire sélective concernant les gains et les pertes (il se souvient des « grandes victoires »).

Il pense qu’on peut contrôler la chance.

Il n’a pas intégré les questions de probabilité. Il pense qu’aaprès la sortie de certains numéros, d’autres vont forcément sortir ; après la boule rouge plusieurs fois gagnantes, ce sera forcément la noire qui le sera.

 

Aller plus loin sur l’espace Jeux de hasard et d'argent

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir